Aller au contenu principal

JEM : les GDS dans les starting-blocks

Les filiales des GDS de Basse-Normandie sont prêtes à intervenir en cas de problème sanitaire durant les épreuves.

A droite Etienne Gavart, directeur du GDS 14, accompagné d’Olivier Erard, chef de service de Farago Manche-Calvados, devant le groupe de lavage à très haute pression. La machine permet de décaper les bétons et ainsi de désinfecter des locaux propres.  (AD)
A droite Etienne Gavart, directeur du GDS 14, accompagné d’Olivier Erard, chef de service de Farago Manche-Calvados, devant le groupe de lavage à très haute pression. La machine permet de décaper les bétons et ainsi de désinfecter des locaux propres.  (AD)
© VM

Durant les quinze jours d’épreuves sportives, 1 000 chevaux issus de tous les continents, doivent séjourner exceptionnellement en Basse-Normandie. La situation nécessite une grande maîtrise du risque et les  groupements de défense sanitaire (GDS) sont d’astreinte. Entretien avec Etienne Gavart directeur du GDS 14. 

En quoi consistent vos missions dans le cadre des jeux mondiaux ?
Nous sommes chargés d’assurer la sécurité sanitaire sur site des Jeux équestres mondiaux. Notre filiale Farago, des GDS de la Manche et du Calvados, sera d’astreinte 24 h/24 h, pour intervenir en cas de présence de chevaux malades sur les différents sites des jeux équestres mondiaux FEI Alltech en Normandie, de notre zone d’intervention. Dans l’Orne, c’est la société GDS services 61 qui se charge du suivi. En cas d’incident, nous sommes organisés pour nous rendre opérationnels sur site en moins de trois heures, jour, nuit et week-end. Nous avons également quelques missions “en préventif”, notamment pour désinfecter les sites de quarantaine, destinés à recevoir les chevaux qui ne seraient pas en règle.

Concrètement, comment intervenez-vous en cas d’alerte ?
Le matériel est prêt, le planning d’astreinte est mis en place... Nous pouvons intervenir à tout moment. S’il devait y avoir un problème, nous assurerions la sécurisation du transport des animaux à risque, la désinfection des locaux, la désinfection des camions, la destruction des litières, suivant des protocoles bien définis.

Pourquoi avez-vous été choisis ?
Désinfection de camions en quelques minutes, désinfection de bâtiment, pédiluve, rotoluve, stock suffisant de produits, organisation de périmètres de sécurité... Nous sommes habitués à gérer ces problématiques-là toute l’année, que ce soit pour des actions planifiées ou dans l’urgence. Nous avons le matériel, les modes opératoires, l’organisation et surtout les compétences humaines pour le faire. Dans le cadre d’une convention avec le Service régional de l’alimentation (SRAL), nous avons d’ailleurs réinvesti récemment pour tous ces aspects-là. Car y compris en temps normal, il est important pour le territoire d’être préparé aux menaces et d’être en mesure d’y répondre de façon très efficace. Des savoir-faire que Farago Manche-Calvados entretient tout au long de l’année au travers de prestations de désinfection en mileu aviaire, bovin équin, jusqu’à l’assainissement complet de porcheries, qui permet d’approcher des conditions de milieu stérile.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité