Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Joël Bruneau (maire de Caen) : "les Normandes, un souvenir de gamin »

Joël Bruneau a été élu maire de Caen en avril 2014.

© VM

Nouveau maire de Caen, vous avez assisté à la remise des prix du concours départemental de la race normande. Que vous inspire cette race ?
Je suis né dans une famille d’agriculteurs et d’éleveurs en particulier. Nous étions installés dans la région Centre. Quand j’étais gamin, il y avait deux élevages à la ferme. Nous avions des Normandes et les premières Holsteins. Et la ferme comptait également un troupeau de chèvres pour faire du fromage.


Donc vous connaissez la race normande depuis longtemps…
Oui. Mais ici, nous avons les plus beaux sujets de la race normande. Il s’agit d’animaux d’élite. Ils sont beaucoup plus beaux que ceux de mon enfance.

Lors de la remise des prix, vous avez annoncé vouloir plus d’agriculture à la foire de Caen. Quel est votre objectif ?
Je veux voir plus d’agriculture à la foire pour plusieurs raisons. D’abord, la foire de Caen doit être une vitrine de l’économie locale. L’agriculture est un maillon essentiel de la vie économique en Basse-Normandie. L’excellence agricole doit donc être montrée à la foire. Et si on regarde les choses de manière historique, la foire de Rennes est devenue très agricole et a donné lieu au Space. Alors qu’au fil du temps, la foire de Caen a relégué la partie agricole à très peu de choses. Cela me paraît complètement anachronique. Nous allons donc essayer de travailler sur ce dossier.
Autre raison : la population est de plus en plus urbaine. Les enfants de nos écoles ont de moins en moins de chance d’avoir des grands-parents qui vivent à la campagne. C’est bien pour eux d’avoir, à un moment, une vision de la vie agricole. Certains concepts, comme les mini-fermes, peuvent être intelligents à mettre en place au moment de la foire.

L’agriculture en zone périurbaine est un sujet à la mode. Qu’en pensez-vous ?
Il y a des choses à faire. Nous appuyons l’approvisionnement de nos cantines sur des circuits courts. C’est logique et rationnel d’un point de vue économique. Mais l’agriculture en Basse-Normandie dispose de nombreuses productions avec des débouchés à l’export. Il ne faut pas l’oublier. Ces deux agricultures ont donc leur place à la foire de Caen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
PAYSAGE SAFER
JA de Normandie et Safer de Normandie font cause commune
En prenant 33 % des parts de la Scea Safer de Normandie, JA de Normandie pointe du doigt les dérives d’un marché de cessions de…
Publicité