Aller au contenu principal

Joël Bruneau (maire de Caen) : "les Normandes, un souvenir de gamin »

Joël Bruneau a été élu maire de Caen en avril 2014.

© VM

Nouveau maire de Caen, vous avez assisté à la remise des prix du concours départemental de la race normande. Que vous inspire cette race ?
Je suis né dans une famille d’agriculteurs et d’éleveurs en particulier. Nous étions installés dans la région Centre. Quand j’étais gamin, il y avait deux élevages à la ferme. Nous avions des Normandes et les premières Holsteins. Et la ferme comptait également un troupeau de chèvres pour faire du fromage.


Donc vous connaissez la race normande depuis longtemps…
Oui. Mais ici, nous avons les plus beaux sujets de la race normande. Il s’agit d’animaux d’élite. Ils sont beaucoup plus beaux que ceux de mon enfance.

Lors de la remise des prix, vous avez annoncé vouloir plus d’agriculture à la foire de Caen. Quel est votre objectif ?
Je veux voir plus d’agriculture à la foire pour plusieurs raisons. D’abord, la foire de Caen doit être une vitrine de l’économie locale. L’agriculture est un maillon essentiel de la vie économique en Basse-Normandie. L’excellence agricole doit donc être montrée à la foire. Et si on regarde les choses de manière historique, la foire de Rennes est devenue très agricole et a donné lieu au Space. Alors qu’au fil du temps, la foire de Caen a relégué la partie agricole à très peu de choses. Cela me paraît complètement anachronique. Nous allons donc essayer de travailler sur ce dossier.
Autre raison : la population est de plus en plus urbaine. Les enfants de nos écoles ont de moins en moins de chance d’avoir des grands-parents qui vivent à la campagne. C’est bien pour eux d’avoir, à un moment, une vision de la vie agricole. Certains concepts, comme les mini-fermes, peuvent être intelligents à mettre en place au moment de la foire.

L’agriculture en zone périurbaine est un sujet à la mode. Qu’en pensez-vous ?
Il y a des choses à faire. Nous appuyons l’approvisionnement de nos cantines sur des circuits courts. C’est logique et rationnel d’un point de vue économique. Mais l’agriculture en Basse-Normandie dispose de nombreuses productions avec des débouchés à l’export. Il ne faut pas l’oublier. Ces deux agricultures ont donc leur place à la foire de Caen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité