Aller au contenu principal

Daniel Génissel, trésorier de la FDSEA de l’Orne et producteur de lait Lactalis
Jouer collectivement la contractualisation

L’avenir de la production laitière dans le Grand Ouest dépend notamment du rapport de force qui va prévaloir entre les producteurs et les industriels. Avec ou sans l’Etat en arbitre de touche, il faut se la jouer “collectif”.

Nous devons créer rapidement des OP (Organisation de Producteur) pour négocier les critères spécifiques à chaque entreprise. Des OP qui doivent fédérer un maximum de producteurs sans parti pris.
Nous devons créer rapidement des OP (Organisation de Producteur) pour négocier les critères spécifiques à chaque entreprise. Des OP qui doivent fédérer un maximum de producteurs sans parti pris.
© TG

Quelle a été votre première réaction à la lecture de cette proposition de contrat ?
Un sentiment de profond déséquilibre. Ce que propose Lactalis n’est pas convenable. Certains points sont même choquants.

Exemples ?
La non cessibilité du contrat. La menace de le rompre à tout moment au bon vouloir de l’industriel. Sur ce point, c’est le droit syndical qui est remis en cause. Je pense aux actions de stickages menées par les FDSEA sur les produits Lactalis l’été dernier mais aussi à la grève du lait initiée par l’APLI. On veut nous enlever notre liberté de parole et notre droit à revendiquer. L’obligation de mandater la facturation à l’entreprise n’est pas tolérable non plus...

Vous n’allez pas signer ?
Bien sûr que non. Je vais renvoyer à Lactalis un courrier actant la réception de leur proposition mais indiquant mon désaccord sur le contenu(1). J’invite d’ailleurs tous les producteurs de lait à en faire autant. Cela permet de se couvrir juridiquement et de bien montrer que nous ne sommes pas contre la contractualisation (d’ailleurs inscrite dans la loi) mais dans une démarche constructive où les intérêts des éleveurs seraient garantis. Plus nous serons nombreux à nous manifester de la sorte, plus nous aurons du poids pour négocier dans les prochaines semaines.

Quels sont les grands principes auxquels ne doit pas déroger la contractualisation ?
En premier lieu, c’est l’équité de traitement entre les producteurs sinon gare aux risques de dérives et de clientélisme. Cela suppose de la transparence dans les chiffres et donc de la communication d’aval en amont mais aussi entre producteurs.
Deuxièmement, c’est le principe du gagnant/gagnant. On ne construit pas une relation contractuelle, durable et de confiance si les intérêts des deux signataires ne sont pas bordés.

Quelle est la prochaine étape ?
C’est tout d’abord la nécessité d’un rappel à l’ordre de la part de l’Etat. Bruno Le Maire s’est prononcé oralement la semaine dernière lors de sa visite dans la Manche. C’est un début. Ensuite, le syndicalisme agricole doit négocier avec les entreprises privées, par exemple à travers la FNIL (Fédération Nationale des Industriels laitiers) pour négocier les critères généraux de la contractualisation.

Et localement ?
Nous devons créer rapidement des OP (Organisation de Producteur) pour négocier les critères spécifiques à chaque entreprise. Des OP qui doivent fédérer un maximum de producteurs sans parti pris.

Mais Lactalis par exemple dispose déjà de ses propres groupements de producteurs. Ça ne suffit pas ?
C’est un point de départ effectivement. La FDSEA de l’Orne les a d’ailleurs contacté pour entamer le dialogue. Nous sommes dans l’attente de leur réponse. Au delà et pour que ces associations deviennent OP, il faudra qu’elles fassent évoluer leurs statuts.

Dans quel sens ?
Elles ne représentent aujourd’hui que 20 % environ des producteurs. Elles doivent donc s’ouvrir au plus grand nombre afin d’asseoir leur légitimité. Ensuite, elles doivent se donner les moyens de s’affranchir, notamment financièrement, de leur laiterie afin de négocier en toute indépendance. En résumé, là où de telles mutations sont possibles, il n’y pas lieu de créer de nouvelles structures.

Certains prônent une approche européenne du dossier lait. Vous suivez ?
Commençons par bien faire fonctionner la contractualisation à la français. Ensuite, les autres pays nous suivront mais chacun à sa façon. 
(1): un courrier type a été conçu par la FNPL (Fédération Nationale des Producteurs de Lait). Vous pouvez vous
le procurer auprès de votre FDSEA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité