Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jusqu’à 17 000 l/ha d’herbe pâturée

Au cours de l’année 2017, plusieurs groupes bas-normands se sont formés à la technique du pâturage de précision afin d’optimiser la valorisation des prairies pâturées. Les premiers chiffres, jusqu’à 17 000 l /ha d’herbe pâturée pourront être expliqués lors de portes ouvertes programmées les 16 et 21 novembre dans la Manche.

Pour un pâturage dynamique, les éleveurs retravaillent bien souvent leur parcellaire.
Pour un pâturage dynamique, les éleveurs retravaillent bien souvent leur parcellaire.
© DR -

Le pâturage de précision est largement répandu dans les pays traditionnellement herbagers telle que la Nouvelle Zélande. Il permet de maximiser la productivité prairiale et la performance à l’hectare. De tels bénéfices permettent aux éleveurs suivis par PâtureSens d’obtenir des productions allant jusqu’à 20 000 l de lait/ha d’herbe pâturée.

Comprendre les fondamentaux
Motivés par de telles performances, des groupes de tous les départements normands se sont constitués à l’automne 2016.
Ils ont été accompagnés par PâtureSens qui délivre des formations aux éleveurs éligibles au fond de formation VIVEA. Par l’analyse et la compréhension de l’ensemble des facteurs de productivité des prairies, les éleveurs travaillent en groupe à la mise en place d’un plan de pâturage applicable sur leur exploitation.

Pâturer 10 mois de l’année en 2017
De la sortie au logement des animaux, les éleveurs ont réussi à gérer les surplus, l’épiaison et le ralentissement de croissance estivale tout en maintenant un chargement et un niveau de production de 20-25L/jour. La bonne maîtrise des biomasses résiduelles et d’entrée est la clé.
L’aménagement du parcellaire, en particulier les chemins, prévu au cours de l’hiver a été pleinement valorisé pendant cet automne productif et pluvieux.

Produire 12 à 17 000 l de lait /ha
Les exploitants impliqués détiennent des cheptels de 60 à 110 vaches laitières et disposent de 23 ares à 50 ares accessibles. Dans les deux cas, la rigueur dans la gestion du pâturage a porté ses fruits. Avec 50 ares par vache, des quantités significatives de stocks ont été réalisées et le pâturage sera prolongé tard en saison au vu de la pousse automnale. Avec 23 ares par vache, l’essentiel de l’herbe fut valorisé pour produire jusqu’à 17 000 l de lait/ha d’herbe.
L’avantage de l’utilisation de l’herbe pâturée a permis de maintenir des coûts alimentaires inférieurs à 50 €/1 000 l.


Se préparer pour 2018
Afin de bénéficier de l’expérience de ces éleveurs, deux portes ouvertes sont organisées dans la Manche les 16 et 21 novembre prochain. En complément, d’autres séquences de formation sont prévues pour l’hiver 2017-2018.
Plus d’informations en contactant  guillaume@paturesens.com ou au 07 52 62 84 36 ou directement sur le site http://paturesens.com/formations/nos-formations-automnes-
hiver-2017/.

Deux portes ouvertes dans la Manche
Le 16 novembre de 14 h à 17 h chez Mayence Calais, la Deraiserie, Marchésieux. Exploitation de 100 vaches laitières sur une plateforme de 27 ha. Objectif : Optimiser la production des prairies des vaches laitières pour plus de rentabilité.

Le 21 novembre de 14 h à 17 h au Gaec Lavalley-Mesnil, chemin des Orémus, Saint-Georges-de-la- Rivière. Exploitation de 80 vaches laitières sur une plateforme de 25 ha. Génisses en pâturage tournant. Objectif : Augmenter la productivité et la qualité des prairies.

Entrée gratuite. Inscription au 06 44 13 24 14.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité