Aller au contenu principal

Jusqu’à 17 000 l/ha d’herbe pâturée

Au cours de l’année 2017, plusieurs groupes bas-normands se sont formés à la technique du pâturage de précision afin d’optimiser la valorisation des prairies pâturées. Les premiers chiffres, jusqu’à 17 000 l /ha d’herbe pâturée pourront être expliqués lors de portes ouvertes programmées les 16 et 21 novembre dans la Manche.

Pour un pâturage dynamique, les éleveurs retravaillent bien souvent leur parcellaire.
Pour un pâturage dynamique, les éleveurs retravaillent bien souvent leur parcellaire.
© DR -

Le pâturage de précision est largement répandu dans les pays traditionnellement herbagers telle que la Nouvelle Zélande. Il permet de maximiser la productivité prairiale et la performance à l’hectare. De tels bénéfices permettent aux éleveurs suivis par PâtureSens d’obtenir des productions allant jusqu’à 20 000 l de lait/ha d’herbe pâturée.

Comprendre les fondamentaux
Motivés par de telles performances, des groupes de tous les départements normands se sont constitués à l’automne 2016.
Ils ont été accompagnés par PâtureSens qui délivre des formations aux éleveurs éligibles au fond de formation VIVEA. Par l’analyse et la compréhension de l’ensemble des facteurs de productivité des prairies, les éleveurs travaillent en groupe à la mise en place d’un plan de pâturage applicable sur leur exploitation.

Pâturer 10 mois de l’année en 2017
De la sortie au logement des animaux, les éleveurs ont réussi à gérer les surplus, l’épiaison et le ralentissement de croissance estivale tout en maintenant un chargement et un niveau de production de 20-25L/jour. La bonne maîtrise des biomasses résiduelles et d’entrée est la clé.
L’aménagement du parcellaire, en particulier les chemins, prévu au cours de l’hiver a été pleinement valorisé pendant cet automne productif et pluvieux.

Produire 12 à 17 000 l de lait /ha
Les exploitants impliqués détiennent des cheptels de 60 à 110 vaches laitières et disposent de 23 ares à 50 ares accessibles. Dans les deux cas, la rigueur dans la gestion du pâturage a porté ses fruits. Avec 50 ares par vache, des quantités significatives de stocks ont été réalisées et le pâturage sera prolongé tard en saison au vu de la pousse automnale. Avec 23 ares par vache, l’essentiel de l’herbe fut valorisé pour produire jusqu’à 17 000 l de lait/ha d’herbe.
L’avantage de l’utilisation de l’herbe pâturée a permis de maintenir des coûts alimentaires inférieurs à 50 €/1 000 l.


Se préparer pour 2018
Afin de bénéficier de l’expérience de ces éleveurs, deux portes ouvertes sont organisées dans la Manche les 16 et 21 novembre prochain. En complément, d’autres séquences de formation sont prévues pour l’hiver 2017-2018.
Plus d’informations en contactant  guillaume@paturesens.com ou au 07 52 62 84 36 ou directement sur le site http://paturesens.com/formations/nos-formations-automnes-
hiver-2017/.

Deux portes ouvertes dans la Manche
Le 16 novembre de 14 h à 17 h chez Mayence Calais, la Deraiserie, Marchésieux. Exploitation de 100 vaches laitières sur une plateforme de 27 ha. Objectif : Optimiser la production des prairies des vaches laitières pour plus de rentabilité.

Le 21 novembre de 14 h à 17 h au Gaec Lavalley-Mesnil, chemin des Orémus, Saint-Georges-de-la- Rivière. Exploitation de 80 vaches laitières sur une plateforme de 25 ha. Génisses en pâturage tournant. Objectif : Augmenter la productivité et la qualité des prairies.

Entrée gratuite. Inscription au 06 44 13 24 14.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité