Aller au contenu principal

« J’utilise le glyphosate comme recourt »

La FDSEA et les JA de l’Orne ont donné rendez-vous, lundi après-midi, au Gaec Chti, à Rânes. André Herman, son épouse et leur fils Timothée travaillent en agriculture raisonnée. Et utilisent le glyphosate. Les deux syndicats et les exploitants ont défendu l’utilisation de l’herbicide, au cœur du débat environnemental.

De gauche à droite : Denis Douchy, responsable végétal JA 61 ; Anne-Marie Denis, présidente FDSEA 61 ; André Herman, exploitant au Gaec Chti ; Jean-Pierre Prévost, président de la commission agro productions végétales à la Chambre d’agriculture et responsable des productions végétales à la FDSEA ; Dominique Bayer, responsable viande à la FDSEA et Timothée Herman, associé en Gaec avec ses parents. Tous posent dans un champ sous couvert de moutarde et phacélie. Sans ...
De gauche à droite : Denis Douchy, responsable végétal JA 61 ; Anne-Marie Denis, présidente FDSEA 61 ; André Herman, exploitant au Gaec Chti ; Jean-Pierre Prévost, président de la commission agro productions végétales à la Chambre d’agriculture et responsable des productions végétales à la FDSEA ; Dominique Bayer, responsable viande à la FDSEA et Timothée Herman, associé en Gaec avec ses parents. Tous posent dans un champ sous couvert de moutarde et phacélie. Sans l’utilisation du glyphosate ici
© JP

Si le glyphosate disparaît des exploitations, c’est « 5 % de la production de céréales dans le département qui est perdue. Au minimum », assure Anne-Marie Denis, présidente de la FDSEA ornaise. L’heure était à la démonstration, lundi, contre la position prise par Nicolas Hulot. Le ministre de la Transition écologique et solidaire souhaite interdire l’emploi de l’herbicide.

Moins 4 200 euros par an
La Fédération départementale des syndicats des exploitants agricoles et les Jeunes agriculteurs se sont retrouvés chez les Herman, à Rânes. Au Gaec Chti, André, sa femme et son fils exploitent 175 ha, dont 15 ha en zone Natura 2 000, élèvent 18 bovins viande et 70 vaches laitières pour une production de 755 OOO l de lait. Ici, on travaille en agriculture raisonnée. « Nous n’employons pas les phytosanitaires pour le plaisir, nous mettons des micro-doses », appuie André Herman. Et Anne-Marie Denis d’enchaîner : « nous utilisons huit à dix fois moins d’antibiotiques et de phytosanitaires dans nos exploitations qu’il y a dix ans. Ces produits coûtent cher. Ils sont appliqués par nécessité, en curatif et rarement en préventif ».
L’arrêt du glyphosate au Gaec Chti entraînerait une perte en produits de 4 200 euros par an. « J’utilise le glyphosate comme recourt, dans les moments où je ne peux pas faire sans, assure André Herman. J’en ai besoin en interculture pour être maître des mauvaises herbes. C’est un calcul. Malheureusement, je réfléchis par l’économie. »

Les jeunes sur la sellette
Un prisme qui cadre aussi les jeunes agriculteurs : « quand un jeune s’installe, il a des objectifs de résultats, validés par la préfecture, à remplir l’année suivante. L’atteinte des objectifs déclenche des aides », relate Denis Douchy, responsable végétal chez les JA 61. Et le représentant syndical de se demander comment les jeunes arriveront à leurs fins si on leur supprime un outil en cours de route.
« Nous sommes hyper surveillés dans l’application des produits, reprend Anne-Marie Denis. Et nous sommes contents de nourrir le consommateur avec de bonnes choses. Mais je m’inquiète du retour de maladies d’avant-guerre, comme l’ergot qui a été retrouvé dans le port de Rouen. Nous n’allons pas arrêter de traiter nos plantes pour rendre les gens malades. »

Une issue de secours
La présidente de la FDSEA n’est toutefois pas fermée. Si elle s’oppose à l’arrêt du glyphosate aujourd’hui, « ce n’est pas un non définitif. Mais il faut mettre une autre solution en place pour le remplacer tout en respectant les prix jusqu’au consommateur ». Même son de cloche chez André Herman : « nous sommes partants et ouverts », à condition de proposer « une sortie de secours ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité