Aller au contenu principal

Keenan MecaFibre345SP : l’automotrice pour gagner du temps

C’est au Gaec de la rue, basé à Le Theil (Nord Cotentin), que l’entreprise Alltech a réalisé une démonstration de l’automotrice Keenan MecaFibre345SP. L’occasion pour les agriculteurs de la région de voir la machine en fonctionnement.

© SB

Au Gaec de la rue, le travail ne manque pas. Les quatre associés, Mickaël, Tony, Magalie Lelong, et Pascal Sauvey, et les deux salariés à mi-temps, Alice Robine et Quentin Hamel, gèrent une exploitation de 150 vaches laitières avec une référence de 1,3 million de litres de lait, 60 vaches allaitantes Charolaises, une unité de méthanisation depuis un an, sur une surface de 230 ha.
Depuis plus de 20 ans, le Gaec est équipé d’une désileuse Keenan installé sur le tracteur. Au quotidien, les éleveurs passent en moyenne 40 mn à distribuer la ration aux vaches laitières et 45 mn aux taurillons et génisses, le tout sur deux sites espacés de deux kilomètres. Une nouvelle étape va être franchie dans les prochains mois avec l’installation de deux robots de traite tout en conservant la salle de traite 2 x 9 traite épis, dans l’objectif d’augmenter le cheptel et la production à 2 millions de litres de lait d’ici quatre ans, et arrêter les vaches allaitantes et les taurillons.

S’assurer de la rentabilité
Face à l’activité, les associés réfléchissent à améliorer leurs conditions de travail. Et l’alimentation des animaux en fait partie. « On se penche sur la question. Pour nous, il s’agit de gagner du temps. C’est un investissement important, alors il faut regarder le budget et s’assurer de la rentabilité », souligne Mickaël Lelong, un des associés.

En optant pour une automotrice Keenan MecaFibre345SP, il n’y aurait plus qu’un seul matériel à entretenir et une seule personne affectée à la distribution de l’alimentation sur les deux sites, entrainant sans aucun doute une économie de carburant. « Ce serait aussi pour nous un confort de travail », ajoute l’éleveur, qui avec les autres associés va étudier la proposition de l’entreprise Alltech. « Ce n’est pas plus lourd financièrement qu’une mélangeuse », assure Paul Théronde, responsable commercial chez Alltech.

20 m3 en Normandie
Les automotrices de 16 m3 sont adaptées pour des troupeaux de 75 à 90 vaches laitières. « Le modèle le plus répandu en Normandie reste le 20 m3, et selon les régions on a tendance à monter à 24 m3 », précise le commercial. Pour le Gaec de la rue, la réflexion porte sur une 20 m3. « Nous avions une 14 m3, et avec l’augmentation du cheptel, nous sommes passés à 20 m3 il y a quatre ans », indique Mickaël Lelong.

Amortie en 10 ans
Avec un moteur de 170 chevaux, la machine MecaFibre345 SP mesure en conduite 9,6 m, avec un avancement hydrostatique de manière à s’approcher le plus doucement du chargement. La tête de chargement reste spécifique dans le sens où il y a une visse de recentrage pour évacuer rapidement le fourrage et moins le défibrer, avoir un brassage en douceur tout en ayant un mélange homogène et aéré. « C’est important de pouvoir conserver une qualité de fourrage », souligne Paul Theronde. 
La consommation est estimée à 10 l/h au maximum. Au niveau entretien, « elle est peut gourmande grâce au système de huilage et graissage automatique. Les vidanges se font toutes les 1 000 h » indique le commercial.
Aujourd’hui, pour Alltech, « le marché de l’automotrice se développe tous les ans. L’automotrice en démonstration a fait l’objet de perfectionnement au niveau hydraulique… Elle est plus souvent en copropriété, selon les tailles des exploitations », conclut Paul Theronde, qui assure un amortissement de l’équipement sur 10 ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité