Aller au contenu principal

Ensileuses maïs
Krone Big X 1000 : la grosse puissance au service des grandes surfaces

Les ensileuses à maïs sont de plus en plus puissantes. Jusqu’à 1000 ch et douze rangs pour la Krone Big X 1000. Son premier acquéreur : l’entreprise Belliard de Cormolain (14).

Le parc “ensileuse” de l’entreprise Belliard (Franck, Olivier et Jocelyn) basée à Cormolain (14) et Soulles (50), est impressionnant. Pas tant par le nombre de machines (7 au total mais nous sommes là au cœur du bassin laitier du Grand Ouest avec les grosses entreprises de travaux agricoles qui vont avec) mais plus par le cumul et la débauche de puissance. 5 200 cv au total dont 1 000 sous le seul capot de la dernière acquisition : une Krone Big X 1000. La première en service en France.

1 000 cv pour 1 000 ha
Dès 2000, l’entreprise Belliard avait été la première à s’équiper d’un bec 10 rangs. Aucune mégalomanie dans cette stratégie mais tout simplement une réponse, peut-être parfois un peu anticipée, à la demande d’une certaine clientèle. “Le chantier idéal, c’est 40 à 50 ha dans la journée”, argumente Franck Belliard. Soit une dizaine d’heures de rotor. Le chantier démarre de bonne heure après la traite du matin pour s’achever suffisamment tôt pour laisser le temps à l’agriculteur de couvrir le silo de jour et d’enchaîner la traite du soir sans trop jouer les prolongations. Un créneau limité ? Pas certain. La restructuration laitière est en cours. De plus, l’éventuelle évolution des quotas laitiers  bousculeraient encore un peu plus les curseurs.
Autre argument avancé par notre entrepreneur par ailleurs adhérent de l’ARETAR, plus de puissance signifie moins de machines et donc moins de chauffeurs. “Et un bon chauffeur, ça ne court pas les rues”. Selon les prévisions de notre entrepreneur, la Krone Big X 1000 devrait finir la saison avec 1 000 ha ensilés au compteur sur un total de 4 000 à 4 5000 qu’assure l’ETA.

Savoir organiser le chantier
Si la machine est capable d’assurer un débit de chantier pouvant atteindre les 5 ha à l’heure, encore faut-il que la logistique transport jusqu’à l’exploitation et tassage du silo soit en adéquation. Franck Belliard a sa formule : “2 remorques au tas, 2 remorques au champ plus 2 remorques par km séparant la parcelle du silo!” Et ça marche. Des bennes bien sûr de bonnes capacités (30 m3). C’est une tendance générale dans ce coin de Basse-Normandie. Selon les distributeurs de machines agricoles, les investissements s’orientent vers des remorques de 15/16 T. “Une 12 T aujourd’hui, c’est une petite benne”, commente l’un d’eux. Au silo aussi, il faut assurer. Sur certaines exploitations, on a fait le choix de réaliser deux silos en parallèle. En cas de silo unique, deux (voire trois) tracteurs de forte puissance et équipés d’une lame poussante sont indispensables. Il faut veiller également à la bonne accessibilité des lieux pour dépoter le chargement en un minimum de temps.
L’organisation du chantier est donc fondamentale pour optimiser les performances de la machine. Elle l’est tout autant pour assurer la sécurité de tous les acteurs de la journée. En effet, dans cette configuration, c’est quasiment une entreprise de 15 à 20 personnes qui entre en action dans ce qui peut s’apparenter à une course contre la montre. Effet collatéral, si la machine tombe en panne, c’est le chômage technique temporaire pour tout le monde avec le risque que le chantier ne soit pas achevé la nuit tombée. Mais ça, ce n’est pas encore arrivé.
Th. Guillemot

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité