Aller au contenu principal

Gérard Bossuyt
La Blonde de père en fille

Dans le milieu des vaches allaitantes, l’exploitation de Gérard Bossuyt est connue grâce à Byron. Le taureau fut notamment sacré au salon de l’agriculture. Mais l’avenir de l’exploitation passe par la fille de l’éleveur. Aurélie a quitté Paris et changé de vie.

© VM

Gérard Bossuyt s’est installé en 1971 en production laitière. En 1983, il arrive au Mesnil-Grain en production viande et céréalières. En 1988, l’éleveur s’oriente vers une race pure et achète 15 Blondes d’Aquitaine. Mais c’est finalement l’arrivée de Byron qui a le plus marqué la vie de cette exploitation.

Byron de Paris à l’Europe
Le taureau a été acheté dans le Tarn. L’animal a remporté le concours de Paris et le concours européen de Libramont.   Le champion a mis en exergue la qualité de l’élevage. Localement, 12 reproducteurs ont ainsi été vendus.
Lors des concours nationaux où Byron a brillé, Gérard Bossuyt était accompagné par sa fille, Aurélie. La jeune femme se projette désormais sur l’exploitation familiale. “Plus qu’un changement de métier, c’est un changement de vie”, précise-t-elle. Aurélie Bossuyt est revenue sur la ferme en décembre 2011.

Du marketing au retour à la ferme
Titulaire d’un master II de marketing, elle travaillait à Paris, pour un industriel de l’hygiène et de la beauté. “Je concevais notamment des packaging. Puis mon poste a été supprimé. J’ai alors fait le point”. Cette réflexion l’amène à un retour aux sources. Déjà à 16 ans, elle voulait s’inscrire dans un lycée agricole. “Mes parents m’ont poussée vers une autre voie. Finalement, j’y reviens”. Pendant son congé de reclassement,  elle a donc obtenu un BPREA. Son installation est aujourd’hui en cours de réflexion. “Je ne peux pas reprendre seule. Je ne veux pas travailler 365 jours par an et être esclave de mon travail. Je dois également penser à un bâtiment plus fonctionnel”. La décision d’Aurélie Boussuyt est prise. Elle succédera à ses parents. Rester à définir les contours de ce projet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité