Aller au contenu principal

La Charolaise donne des idées

Mercredi 15 mars, Thierry Lair a ouvert les portes de son exploitation aux différents éleveurs Charolais bas normands à Audrieu (14). À l’ordre du jour, découverte de l’outil de production et de matériels de contention d’élevage afin d’attiser la curiosité des éleveurs de viande.

© MM

« Ma venue s’explique par l’envie de découvrir des nouveautés, notamment ce matériel de contention que Mr.Lair a installé. Tout est bon à prendre et c’est intéressant d’aller voir ailleurs, ce qui se fait chez le voisin. Ça permet de se positionner sur son propre travail mais aussi de passer un bon moment entre éleveurs », explique Laëticia Moulin, éleveuse de Charolaises à Pont-L’Évêque (14).

Donner des idées
« Voir de bons équipements, ça donne des idées», signale Stéphane Labarrière, président du Syndicat Charolais Calvados. Durant l’année 2016, l’éleveur a modernisé son atelier taurillon. Avec un nouveau bâtiment et un matériel de contention couvert, l’agriculteur a choisi de miser sur la sécurité et le gain de temps. Il passe désormais 20 minutes par jours dans sa nouvelle stabulation, 40 minutes tous les deux jours pour le paillage. « On m’a demandé de faire visiter la ferme. Ça me fait plaisir d’accueillir les éleveurs. C’est toujours intéressant de voir ce qui se fait chez les autres », se réjouit l’exploitant. L’homme a investi dans du matériel de contention très sécurisée. Grâce à des crans, les bêtes ne peuvent pas faire marche arrière lors de la manipulation, ce qui assure la sécurité de l’éleveur et celui de la bête. L’investissement ne fait pas peur à Thierry Lair. En effet, la sécurité n’a pas de prix et chez lui, la relève est assurée (1 fils travaillant déjà sur l’exploitation, l’autre en étude. L’amortissement est donc assuré). En période de stagnation pour la filière viande, la journée a pu apporter du baume au c½ur aux éleveurs.

Production et curiosité
« Les cours ne baissent pas forcément mais ils n’augmentent pas non plus. Nous sommes en période de stagnation, ce qui nous démange un peu. Il faut arriver à faire face aux coûts de production», met en avant Thierry Lair. Se rencontrer et échanger entre éleveurs est quelque chose de primordial. La sécurité et la fonctionnalité ont été les deux piliers qui ont poussé l’agriculteur à investir. Un choix qu’il voulait partager avec ses confrères. Durant toute l’après-midi, les éleveurs ont pu se rendre compte et échanger sur l’importance de ces facteurs. La curiosité se faisait bien ressentir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
[CÔTÉ JEUNES] TIEA 2024 : Le lycée agricole de Sées repart avec la médaille d'or
Cinq établissements normands ont fait le déplacement à Paris, pour participer au Trophée international de l’enseignement agricole…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Publicité