Aller au contenu principal
Font Size

Plus de 9000 animaux dans le département
La Charolaise fait des petits

Yves Françoise et Laurent Hédou interviennent respectivement sur les bâtiments et Bovins Croissance.
Yves Françoise et Laurent Hédou interviennent respectivement sur les bâtiments et Bovins Croissance.
© E..C.
“Nous avons passé le cap des 9000 Charolaises dans le département” annonce fièrement Loïc Chauvet, technicien de l’association, lors de l’assemblée générale de la structure, mercredi dernier, à Savigny, non loin de Coutances. Résultats techniques Pas de doute, les races allaitantes ont désormais le vent en poupe dans le département. Il est vrai que la demande existe (voir AN de la semaine dernière). Une vingtaine d’éleveurs présents a pu, suite aux interventions de Laurent Hédou (Bovins Croissance 50) et Yves Françoise (Services Bâtiments, CA 50) visiter l’earl de la Turgisière, appartenant à Vincent Leclerc. Globalement, l’évolution des performances du troupeau manchois tient la route. “De 2000 à 2005, sur les femelles, nous avons gagné + 30 kilos de poids vif sur le poids “Age Type 210 jours” et + 93 grammes/jour de GMQ “naissance/120 jours”. Concernant les mâles, même constat avec +47 kg et 128 g de GMQ. Au niveau des veaux, les index CR, DS et ISEVR se situent dans la moyenne nationale. L’effectif national du troupeau suivi en contrôle de croissance se situe à plus de 220 000, dont 522 pour la Manche. “Par rapport à la campagne précédente, on note aussi une progression des index mais les vaches utilisées au niveau national sont légèrement en index supérieur. Le département se distingue pourtant sur deux poste : facilité de naissance et aptitude au vêlage”.Visite d’exploitation Dans l’après-midi, la visite de l’earl de la Turgisière, a permis de mettre en exergue une exploitation performante dont les objectifs sont d’entretenir et de valoriser les prairies tout en recherchant l’autonomie fourragère. “En 2006, nous avons construit une nouvelle stabulation pour 56 animaux. L’investissement a été conséquent avec une moyenne par place de 2700 euros”. Le système naisseur est lui basé sur 70 Charolaises avec vente de broutards repoussés et finition de quelques boeufs et génisses. En 2005, l’exploitation a vendu 22 vaches de réformes de 427 kg à 3,24 euros/kg, 3 génisses de viande de 388 kg à 3,39 euros/kg, 6 boeufs de 443 kg à 4,24 /kg, 6 broutardes à 584 euros sans oublier 20 broutards repoussés (420 kg à 840 euros) et 13 broutards primés (340 kg à 857 euros). La marge brute par hectare, hors primes, atteint 388 euros, avec primes 910 euros. L’EBE atteint 43 400 euros (40% de prime sur le produit total).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité