Aller au contenu principal

Energie
La chasse aux gaspillages est ouverte

L’association la ferme de la Cauchetière réalise des diagnostics énergétiques. Elle se concentre sur les dépenses d’électricité. Entre estimation et réalité, les résultats peuvent parfois surprendre. Antoine Dossin, agriculteur à Clarbec, a tenté l’expérience.

Concilier aspect environnemental et agriculture : tel est l’objectif de l’association de la ferme de la Cauchetière. Maîtriser les dépenses électriques s’intègre donc dans ce travail. “Il existe des bancs d’essai pour les tracteurs. Pour les consommations d’électricité, les travaux existants se basent souvent sur des estimations. Nous avons donc investi dans des outils pour connaître précisément les consommations de chaque appareil”, explique Loïc Nicolle, animateur de l’association. 5000 euros ont été investis dans trois outils mesurant les consommations des appareils triphasés. Entre le ballon d’eau chaude, le tank à lait et la salle de traite, les mesures électriques peuvent réserver quelques surprises. Le projet est soutenu par l’Ademe et le Conseil régional. D’octobre à avril, une vingtaine d’exploitations du pays d’Auge a été suivie. Leurs quotas s’échelonnent de 100 000 à 672 000 litres.

Des résultats variables
En moyenne, 22 % des consommations d’électricité sont liées au tank, 17 % au chauffe eau, 15 % à la salle de traite et 44 % à la maison, au séchoir en grange, au racleur ou au forage.
Le principal poste de consommation reste le chauffe eau pour les exploitations avec une production inférieure ou égale à 400 000 litres. Les résultats s’avèrent extrêmement variables. Ils s’échelonnent de 3,8 kWh/1000 litres de lait à 34 kWh/1000 l. Outre les performances des ballons, la quantité d’eau chaude utilisée influence la consommation électrique. A quota identique, le volume d’eau utilisé pour le nettoyage de l’installation de traite varie du simple au double.

Tanks identiques, consommations contrastées
Les différences les plus étonnantes concernent les tanks. L’efficacité des prérefroidisseurs de lait se concrétise.  Une exploitation consomme 7 500 kWh/an avec, et 12 400 kWh/an sans ce système économe. Mais des écarts subsistent pour des équipements identiques. “Nous avons observé deux exploitations avec le même tank, la même marque, la même capacité et la même production. Seule différence : le bâtiment. La consommation atteint 15 675 kWh/an dans un local ferme, contre 9 810 kWh/an dans un local fermé. On peut limiter sa facture avec un minimum d’investissement. Dans une laiterie récente, il faut raisonner la ventilation des lieux. A lui seul, cet élément réduit les dépenses”, insiste Loïc Nicolle. En revanche, l’étude ne révèle pas d’écarts conséquents sur le poste « machine à traire ».
La démarche doit se poursuivre. Un second projet est étendu à toute la région Basse-Normandie.  30 exploitations y adhèrent. “Pour bénéficier du diagnostic, une participation de 20 euros par ferme est demandée. Nous travaillons avec la FRCIVAM. Les mesures durent de 48 à 72 heures pour couvrir des cycles complets. Bientôt, trois exploitations seront contrôlées sur une année avec des mesures mensuelles, en tenant compte des différences de température et des consommations d’eau”, résume Gérard Gosselin, président de l’association. Et de conclure : “je crois qu’on peut vraiment réaliser des économies avec peu d’investissement”.

Surveiller la température du chauffe-eau

On travaille beaucoup, mais on dépense aussi beaucoup d’argent”, estime André Dossin, installé à Clarbec. L’agriculteur a donc sollicité l’association de la Ferme de la Cauchetière. “Avec 20 ans de moins, j’aurais investi dans les énergies renouvelables sur mon exploitation. Je pense que ma génération a un peu gaspillé”, concède-t-il. L’éleveur est installé sur 65 hectares, avec 60 vaches pour un quota de 313 000 litres. Sans investir, André Dossin a néanmoins réduit sa facture d’électricité. “Nous avons constaté que le chauffe-eau fonctionnait toute la journée. La température avoisinait les 85 °C. J’ai échangé avec l’installateur de la machine à traire. Il m’a confirmé qu’une eau à 60/65 °C suffisait pour mon équipement. J’ai aussi nettoyé tous les ventilateurs du tank”. Economie estimée : 160 € par an. “J’essaye de changer mes habitudes. Je payais la facture EDF, je regardais rarement la consommation”.
Plus d’infos : association la ferme de la Cauchetière à Livarot. 02 31 62 97 54.
www.lafermedantan.org

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité