Aller au contenu principal

La classe politique ornaise ne lâche pas ses agriculteurs

De nombreux élus sont venus saluer tous les partenaires de la 41e édition de la Fête de la Terre, le dimanche matin. Parmi eux, Chantal Castelnot, préfète de l’Orne et Christophe de Balorre, président du Conseil départemental de l’Orne.

© SB

Chantal Castelnot
Préfète de l’Orne

lll La Fête de la Terre est une belle initiative et permet d’animer le territoire. La préfecture de l’Orne essaie de travailler régulièrement avec les agriculteurs. Je connais leur situation difficile, et nous essayons de les soulager financièrement. Cette année, suite aux intempéries qui ont touché le département, 68 communes ont été déclarées en état de catastrophe naturelle. Les agriculteurs des municipalités touchées peuvent bénéficier d’une exonération des taxes foncières, à la condition qu’ils aient des preuves des dégâts causés par les pluies diluviennes.  L’Orne reste un territoire attractif. Près de 70 jeunes se sont installés sur le département l’an dernier. Nous sommes sur les mêmes tendances pour 2018. La dotation pour l’aide à l’installation augmente de 4 000 euros pour les nouveaux installés. Elle était de 24 000 euros en 2017, elle est désormais de 27 à 28 000 euros. Malgré les difficultés du milieu, certaines choses vont quand même dans le bon sens. C’est un secteur qu’il faut valoriser car c’est notre alimentation à tous.

Christophe de Balorre
Président du Conseil départemental de l’Orne
lll C’est très important pour moi d’être présent aujourd’hui. Je tiens d’abord à féliciter les Jeunes Agriculteurs pour cette organisation incroyable. L’efficacité est remarquable jusqu’au moindre détail comme le la sécurité, la qualité des animations proposées ou encore le parking. Nous sentons que ces jeunes ont le souci de l’accueil. C’est une belle vitrine de l’agriculture et de la ruralité. De plus, c’est essentiel pour le département d’être là pour affirmer le soutien que l’on porte au monde agricole. Nous l’accompagnons techniquement et financièrement et nous sommes conscients de son importance dans l’Orne. Le département débourse annuellement deux millions d’euros pour les actions départementales telles que la Fête de la Terre et 60 000 euros pour les comices agricoles. Nous avons aussi une politique de soutien pour les exploitations pour les petits investissements. Nous prenons en charge 40 % de la somme pour un projet à moins de 10 000 euros. Les porteurs de projets doivent déposer un dossier, que nous avons voulu d’une simplicité enfantine car nous savons que les agriculteurs sont accablés par les papiers administratifs. Je comprends le désarroi des agriculteurs face à certains sujets qui n’avancent pas, notamment les EGA. C’est dur à avaler pour eux, ils ont l’impression de ne pas progresser. Il faut de réelles solutions pour le monde agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
Publicité