Aller au contenu principal

La clôture électrique permanente : une référence néo-zélandaise

Et si je remplaçais ma clôture barbelée 4 rangs par une clôture électrique permanente (1, 2 ou 3 rangs) ? En Nouvelle-Zélande, elle s’est imposée depuis plusieurs décennies.

"La clôture, c’est un peu le parent pauvre des éleveurs”. Ainsi s’exprime Cyril Richard, représentant de la société Patura, fabricant allemand, qui proposait la semaine dernière chez Daniel Courval (éleveur allaitant à Combray-14) une démonstration de pose de clôture électrique permanente.

Presque un art
Initiée par Farago Manche-Calvados (filiale commerciale des deux GDS), cette journée technique n’a connu qu’un succès tout relatif en terme de fréquentation. Poser une clôture serait-il un art mineur inné ou qui se transmet naturellement de génération en génération ? Et bien, détrompez-vous. Le sujet est pointu et autant technique qu’économique avec, à la clé, plus de 20 ans de sérénité si le chantier a été conduit dans les règles de l’art. “Et ce n’est pas qu’une clôture qu’on installe, c’est aussi une barrière sanitaire”, a insisté pour sa part Daniel Courval, 65 ha de clôture sur secteur à son actif. Le barbelé, qu’il est au passage interdit d’électrifier, n’empêche effectivement pas le contact mufle à mufle entre animaux de troupeaux différents mais situés dans des parcelles contigües. Même côté animaux sauvages, la fée électricité (sous conditions d’une bonne conductibilité, d’une bonne prise de terre et d’un électrificateur digne de ce nom) apporte plus de garanties.

Se former
Farago ouvre donc son école de la clôture. Outre les règles de base et la qualité de ses produits, le distributeur accompagne les éleveurs dans leur premier chantier. Une fois le coup de main acquis, le débit de chantier peut atteindre 2 km de pose par jour pour une clôture 2 fils à 2 opérateurs. Une clôture capable de résister à une charge de rupture de 700 kg ce qui signifie que même un arbre tombé sur les fils ne les rompt pas. Une fois l’arbre dégagé, les fils reprennent leur position initiale. Après, ce n’est qu’entretien pour chasser les pertes de puissance grâce à des détecteurs de plus en plus sophistiqués qui vous aident à localiser les défectuosités. Reste enfin à se débarrasser des mauvaises habitudes comme déconnecter les parcelles inoccupées. “Toujours laisser sous tension”, insiste Cyril Richard. Le prix de la tranquillité pour l’équivalent de la consommation d’une ampoule. Pour ceux qui n’ont pas assisté à la démo mais qui souhaitent bénéficier d’une séance de rattrapage : rendez-vous les 20 et 21 mars.

Vendredi 20 - Samedi 21 mars
PORTES OUVERTES
Farago Manche-Calvados (route de St-Lô à St-Amand) organise une opération “Portes ouvertes” le vendredi 20  et samedi 21 mars. Les éleveurs pourront y amener
leur poste de clôture pour le tester et vérifier qu’il a toujours la puissance nécessaire de 4 000 volts minimum pour que la châtaigne soit ressentie par l’animal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité