Aller au contenu principal

Elevage
La complémentation des broutards au pâturage

La complémentation des broutards au pâturage concerne les élevages où la pousse de l’herbe estivale est faible voire nulle et pour principalement les animaux mâles vendus au sevrage.

Elle doit être raisonnée et ne pas compenser une mauvaise gestion de l’herbe.
La croissance des veaux sous la mère doit progressivement se faire à partir de l’herbe pâturée. Cependant, il arrive qu’en été celle-ci soit de qualité et/ou en quantité insuffisante. En effet, si les temps de repousse deviennent trop courts et que la hauteur d’herbe reste inférieure à 7 cm, le recours à la complémentation peut s’envisager pour optimiser le gain de poids des veaux et compenser la baisse de production laitière de la mère.

Un gain de 25 kg de poids vif
Les essais montrent que l’apport d’un mélange fermier (80 % de céréales + 20 % de tourteau de soja) à raison de 1,5 kg par jour et par veau durant 2,5 mois permettait de gagner 25 kg de poids vif sur chaque broutard. La plus-value est d’environ 30 à 35 € par veau mâle, déduction faite du coût de la complémentation.
Dès le début de l’été, avec des conditions de pâturage variables et après une période de lactation proche de 6 mois, les éleveurs peuvent complémenter en concentrés l’alimentation des veaux. L’objectif est de mieux exprimer le potentiel de croissance, notamment des veaux mâles et de vendre des animaux plus lourds. Pour les veaux femelles la complémentation ne se justifiera réellement qu’en situation de pénurie d’herbe ou de vêlage précoce. La complémentation sera alors rationnée car ces animaux auront le loisir de parfaire leur croissance durant les phases de pâturage ultérieures pour une vente en boucherie à 30-32 mois ou pour un vêlage à 3 ans.

Adapter la complémentation des veaux sous la mère : rationnée ou à volonté
Dans le tableau 1 sont indiqués les résultats de 3 années d’essais à la ferme expérimentale de Jalogny (71).
Pour les producteurs de broutards, il y a un intérêt économique non négligeable à complémenter les veaux au pâturage durant l’été après une période de lactation proche de 6 mois. Une complémentation à volonté est tout à fait justifiée lorsque la ressource fourragère est en qualité et quantité insuffisante.
Encore faut-il peser et vendre ses animaux au poids. L’achat au poids est le meilleur moyen d’inciter à produire des broutards de qualité. De même la vente au poids permet de mieux négocier le prix de ses broutards quand on a de la qualité.

Quelle complémentation des veaux chez un naisseur-engraisseur
Suite des résultats des essais cités précédemment, performances des animaux à l’engraissement : tableau 2.
Les performances d’engraissement sont très voisines, toutefois il faut 15 jours de moins pour arriver au même poids. Malgré une croissance moindre, l’avance de poids prise avant le sevrage par les mâles à volonté est quasiment conservée jusqu’à l’abattage. Le lot à volonté bénéficie d’un rendement carcasse amélioré de 0,5 % sans écart d’engraissement significatif de la carcasse.
Pour un naisseur-engraisseur la complémentation à volonté permet de vendre plus rapidement ses taurillons mais cela n’a pas de réel intérêt économique car cela nécessite 85 kg de complémentation en plus. Cette méthode peut se justifier dans le cas d’un engraissement en sec mais avec une valorisation supérieure du produit ou dans le cadre de filière valorisant des animaux plus jeunes (12-14 mois).
Denis Reynaud
Equipe Réseau Bovin Viande de Normandie
Denis.Reynaud@idele.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité