Aller au contenu principal

A la coopérative de Creully (14) : les couverts végétaux sont des cultures à part entière

Gilles Haelewyn, agriculteur à Commes près de Bayeux, a semé en août huit bandes d’essais de couverts végétaux, en partenariat avec la Coopérative de Creully, Agronat et la Chambre d’agriculture. Jeudi 15 novembre, l’heure était à la présentation des résultats aux exploitants bio, conventionnels, aux conseillers et aux techniciens.

Gilles Haelewyn, agriculteur en bio, installé à Commes, près de Bayeux, et Jean-Philippe Chenault, responsable agronomique de la Coopérative de Creully. DR
Gilles Haelewyn, agriculteur en bio, installé à Commes, près de Bayeux, et Jean-Philippe Chenault, responsable agronomique de la Coopérative de Creully. DR
© JP

>> Que représentent les couverts végétaux ?
Gilles Haelewyn. Avant, les Cultures intermédiaires pièges à nitrates (Cipan) répondaient, entre autres, à une contrainte administrative. Elles deviennent de plus en plus un engrais vert et sont désormais considérées comme des cultures à part entière.

>> Quel est l’objectif de la plateforme ?
J-P. C. L’étude des coûts et des bénéfices des couverts végétaux. Le précédent cultural est le même pour les huit bandes : pois triticale. L’agriculteur a souvent peur de pénaliser sa culture suivante en implantant un couvert. Nous voulons montrer que le couvert peut être un avantage. Nous voulons en convaincre les agriculteurs, les conseillers et les techniciens.
G. H. Nous étudions comment implanter les couverts pour qu’ils réussissent, pour en tirer des profits techniques et économiques. La plateforme est une vitrine de couverts, en bio et en conventionnel.

>> Quels aspects avez-vous étudiés ?
J-P. C. Nous avons réalisé des pesées de biomasse le 26 octobre dans le champ, grâce à la méthode Merci (Méthode d'estimation des éléments restitués par les cultures intermédiaires). Elle permet d’évaluer des fournitures d’engrais, azote phosphore et potassium (N, P, K), restitués à la plante et utilisables. Derrière, ce sont des euros en moins à dépenser pour la culture suivante, et des avantages agronomiques : érosion, gestion des adventices, augmentation de la matière organique des sols, porosité du sol améliorée par des plantes aux racines pivots.

>> Quelles leçons tirez-vous des essais ?
J-P. C. Les résultats sont conformes à ce que l’on peut attendre d’un couvert en matière de biomasse. Mais les valeurs obtenues datent du 26 octobre, elles ne sont déjà plus d’actualité. Certaines valeurs de biomasse et de restitution des éléments fertilisants ont augmenté d’environ 20 %. (Voir photos-légendes)
G. H. Nous avons obtenu des choses intéressantes. Je suis surpris de constater qu’un couvert végétal haut de 1 m 10 et dense ne donne pas forcément beaucoup de biomasse. Ma plus grosse inquiétude concernait la reprise du sol pour la culture suivante, car le terrain est argileux. Une bande sort du lot sur les aspects adventices et biomasse : le mélange radis chinois, phacélie, tournesol et avoine.

>> Quelle est la suite du programme ?
J-P. C. Nous allons étudier la facilité de destruction du couvert, ou pas. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, plus le couvert est développé, plus il est facile à détruire. Il ne faut cependant pas attendre qu’il devienne trop ligneux, car il peut alors consommer plus d’azote qu’en fournir.
G. H. Les essais sont vraiment beaux. Nous aimerions aller plus loin et suivre l’incidence des couverts sur les rendements de la culture suivante, à savoir du maïs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité