Aller au contenu principal

A la coopérative de Creully (14) : les couverts végétaux sont des cultures à part entière

Gilles Haelewyn, agriculteur à Commes près de Bayeux, a semé en août huit bandes d’essais de couverts végétaux, en partenariat avec la Coopérative de Creully, Agronat et la Chambre d’agriculture. Jeudi 15 novembre, l’heure était à la présentation des résultats aux exploitants bio, conventionnels, aux conseillers et aux techniciens.

Gilles Haelewyn, agriculteur en bio, installé à Commes, près de Bayeux, et Jean-Philippe Chenault, responsable agronomique de la Coopérative de Creully. DR
Gilles Haelewyn, agriculteur en bio, installé à Commes, près de Bayeux, et Jean-Philippe Chenault, responsable agronomique de la Coopérative de Creully. DR
© JP

>> Que représentent les couverts végétaux ?
Gilles Haelewyn. Avant, les Cultures intermédiaires pièges à nitrates (Cipan) répondaient, entre autres, à une contrainte administrative. Elles deviennent de plus en plus un engrais vert et sont désormais considérées comme des cultures à part entière.

>> Quel est l’objectif de la plateforme ?
J-P. C. L’étude des coûts et des bénéfices des couverts végétaux. Le précédent cultural est le même pour les huit bandes : pois triticale. L’agriculteur a souvent peur de pénaliser sa culture suivante en implantant un couvert. Nous voulons montrer que le couvert peut être un avantage. Nous voulons en convaincre les agriculteurs, les conseillers et les techniciens.
G. H. Nous étudions comment implanter les couverts pour qu’ils réussissent, pour en tirer des profits techniques et économiques. La plateforme est une vitrine de couverts, en bio et en conventionnel.

>> Quels aspects avez-vous étudiés ?
J-P. C. Nous avons réalisé des pesées de biomasse le 26 octobre dans le champ, grâce à la méthode Merci (Méthode d'estimation des éléments restitués par les cultures intermédiaires). Elle permet d’évaluer des fournitures d’engrais, azote phosphore et potassium (N, P, K), restitués à la plante et utilisables. Derrière, ce sont des euros en moins à dépenser pour la culture suivante, et des avantages agronomiques : érosion, gestion des adventices, augmentation de la matière organique des sols, porosité du sol améliorée par des plantes aux racines pivots.

>> Quelles leçons tirez-vous des essais ?
J-P. C. Les résultats sont conformes à ce que l’on peut attendre d’un couvert en matière de biomasse. Mais les valeurs obtenues datent du 26 octobre, elles ne sont déjà plus d’actualité. Certaines valeurs de biomasse et de restitution des éléments fertilisants ont augmenté d’environ 20 %. (Voir photos-légendes)
G. H. Nous avons obtenu des choses intéressantes. Je suis surpris de constater qu’un couvert végétal haut de 1 m 10 et dense ne donne pas forcément beaucoup de biomasse. Ma plus grosse inquiétude concernait la reprise du sol pour la culture suivante, car le terrain est argileux. Une bande sort du lot sur les aspects adventices et biomasse : le mélange radis chinois, phacélie, tournesol et avoine.

>> Quelle est la suite du programme ?
J-P. C. Nous allons étudier la facilité de destruction du couvert, ou pas. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, plus le couvert est développé, plus il est facile à détruire. Il ne faut cependant pas attendre qu’il devienne trop ligneux, car il peut alors consommer plus d’azote qu’en fournir.
G. H. Les essais sont vraiment beaux. Nous aimerions aller plus loin et suivre l’incidence des couverts sur les rendements de la culture suivante, à savoir du maïs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité