Aller au contenu principal

Moisson
La coopérative de Creully muscle ses capacités de stockage

La coopérative de Creully poursuit son plan silo. A quelques semaines de la moisson, elle taquine les 200 000 t de capacité de stockage.

Visite de chantier pour Pascal Desvages et Stéphane Carel, président et directeur de la coopérative de Creully. Accompagnés de Samuel Dujardin (responsable travaux et investissements), ils ont constaté l’état d’avancement du nouveau stockage de Nonant mais également celui du siège de Creully consacré à l’agriculture biologique.
© TG

Visite de chantier, mercredi dernier, pour Pascal Desvages et Stéphane Carel, président et directeur de la coopérative de Creully. Accompagnés de Samuel Dujardin (responsable travaux et investissements), ils ont constaté l’état d’avancement du nouveau stockage de Nonant.

19 040 m3 en plus à plat ou en cellule


A cause des intempéries de l’automne 2019, Nonant avait pris du retard. Sans conséquence au vu d’une médiocre moisson 2020.  Les travaux de terrassement ont finalement été réalisés en juin dernier et le gros œuvre démarré deux mois plus tard pour un top départ le 30 juin prochain. Le bâtiment de stockage à plat d’une capacité de 12 490 m3 de céréales en case unique a déjà fière allure. Accollée, une nouvelle cellule ronde de 6 550 m3. . « Nous approchons, en cumulé, les 200 000 t de capacité de stockage. Il en reste 15 000 t à créer », jugent Pascal Desvages et Stéphane Carel. L'enjeu est double. Un : disposer d'une logistique dimensionnée pour une moisson avec des pics à 25 000 t/j qui ne fasse pas perdre de temps à l'adhérent. Deux : ne pas être contraint à de la vente de dégagement par manque de capacité de stockage.

La coop de Creully veut répondre aussi au développement de l’agriculture biologique


La filière AB de la coopérative n'est pas en reste. Aux 15 cellules déjà existantes au siège, on serre les derniers boulons de 12 nouvelles unités pour 950 t de capacité supplémentaire. De quoi se lancer, si besoin, dans de nouvelles cultures et apporter son bout de solution après l'enterrement « première classe » de la betterave sucrière sur le territoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité