Aller au contenu principal

Contre la bruche de la féverole
La Coopérative de Creully teste l’attraction olfactive

Mardi 19 mai, la Coopérative de Creully et Agriodor essaimaient des pièges contre la bruche dans un champ de féveroles. L’idée : piéger l’insecte en trompant son odorat. Une solution de biocontrôle dont les résultats seront connus en septembre. 

Thomas Hecky (à gauche) responsable expérimentation Agriodor et Jean-Philippe Chenault, responsable agronomique à la Coopérative de Creully ont installé des pièges olfactifs contre la bruche de la féverole, mardi 19 mai, dans une parcelle à proximité des silos de Saint-Manvieu-Norrey et Bretteville-l’Orgueilleuse.
© DR

« Le problème avec la bruche sur féverole, c’est qu’elle est très mobile. Elle hiverne dans les bois et les haies puis, en sortie d’hivernage, elle se nourrit des pollens de fleurs. Cette énergie nouvelle lui donne la force pour s’accoupler. La femelle pond ensuite dans les gousses. Les grains sont alors bruchés. Triple conséquence à cela : impossibilité de ressemer, perte de PMG et perte du marché alimentaire humain qui exige moins de 3 à 5 % de grains bruchés », décrit Brice Claise, technicien terrain Agriodor, une startup de l’Inrae. C’est dans ce contexte global que la Coopérative de Creully et la jeune entreprise tentent un essai pour lutter contre le ravageur.

20 pièges/ha
La solution imaginée par Agriodor mobilise le biocontrôle. « La bruche cherche la féverole par l’odeur, grâce aux kairomones. Le piège repose sur le principe de l’attraction olfactive », explique Jean-Philippe Chenault, responsable agronomique à la Coopérative de Creully. Thomas Hecky, responsable expérimentation Agriodor, décrit le kit : « on plante un piquet en bois, sur lequel on place un bol et dans le bol, un cylindre. Dans le cylindre, un tube contient une matrice, support du parfum. Dans le parfum, on retrouve des molécules diffusées par la plante, que la bruche utilise pour se localiser sa plante-hôte. Le bol, rempli d’eau savonneuse, empêche l’insecte piégé de repartir ». Pour l’essai mis en place cette année, le protocole recommande de disposer 20 pièges par hectare.
Deux parfums sont appliqués aux moments où l’insecte cherche la plante, le premier au stade floraison (pour le pollen) et le second au stade bouton floral (pour la ponte). Le tube diffuse le parfum pendant trois semaines. Les effets escomptés, par rapport à un insecticide, sont : une durée d’action plus longue, une plus grande population de bruches touchée, l’absence de risque d’acclimatation de la bruche car le parfum est un produit naturel. Mais, pour le moment, Thomas Hecky insiste : « nous sommes encore en phase de test. Les résultats ne seront donnés qu’en septembre ». L’objectif à terme, si les résultats sont concluants, serait « de retrouver la valorisation alimentaire humaine de la féverole, notamment en Égypte, au lieu de celle du bétail actuellement ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
Publicité