Aller au contenu principal

La coopérative linière de Cagny va rajeunir sa gouvernance

llll L’assemblée générale de la Coopérative Linière de Cagny se tient demain vendredi 1er février, à 14 h 45, au foyer rural de Cagny. Entretien préalable avec son président, Emmanuel Frimout, pour un bilan et des perspectives.

>> Malgré une parité euro/dollar en défaveur de la Ferme France, les prix mondiaux du lin poursuivent leur lancée. Comment l’expliquez-vous ?
L’offre peine à couvrir les besoins malgré l’augmentation régulière de la sole mais la production à l’hectare, quant à elle, n’évolue pas ou peu.
Notons un accroissement de la demande à cause de la consommation chinoise et l’arrivée de nouveaux pays émergents, je pense notamment à l’Inde, qui exercent une pression supplémentaire sur le marché se traduisant par une hausse des cours.

>> Quid de la récolte 2017 ?
2017 a constitué la récolte la plus faible depuis 2011, une année noire. C’est un constat national. Une récolte difficile à travailler, difficile à teiller, difficile à nettoyer. Elle a été très hétérogène et très disparate. Elle a souffert du sec au printemps sur notre territoire et n’a pas bénéficié des pluies de mai contrairement aunord de Caen. A l’arrivée, on enregistre un tonnage de 5,1 t/ha.

>> Et qui de 2018 ?
On commence seulement à la travailler depuis quelques jours. Il s’agit d’une récolte disparate en termes de dates de semis, assez légère et sans doute du même ordre que 2017 en poids de paille. Cependant, elle est plus qualiteuse, plus riche en fibre et avec des cadences qui vont au-delà de nos espérances.

>> Vous appeliez l’an dernier à une augmentation des surfaces. Vous avez été entendus ?
Oui puisque, au niveau de la coopérative, on va avoir à travailler 2 000 à 2 100 hectares. Ce qui correspond à une augmentation des surfaces de l’ordre de 8 à 9 % avec une part de lin d’hiver croissante : de 220 ha à 300 ha sur la campagne 2019.

>> Concernant les semis 2019, l’offre variétale est satisfaisante ?
Ça reste tendu mais c’est plus facile que l’an passé. Sur ce dossier, il faut cependant rester vigilant. Je ne peux qu’inviter le développement de la production locale de semences sur notre territoire afin d’être moins dépendant de l’extérieur.

>> Où en êtes-vous dans vos investissements ?
Nous avons beaucoup investi l’été dernier à travers deux lignes neuves au niveau des turbines de teillage, une cave refaite et une presse à fibres courtes plus performante. L’objectif premier était d’améliorer la cadence horaire et objectif atteint au vu des premiers teillages 2018.
Notre autre ambition était d’améliorer la sécurité et les conditions de travail de nos salariés. C’est toujours une préoccupation majeure dans nos investissements.

>> On parle beaucoup d’agribasching, quel regard portez-vous sur ce phénomène ?
Deux points me font peur. Un : la loi EGAlim. Elle tend à remettre en cause le modèle coopératif et réduire le lien avec l’adhérent à une simple relation commerciale. Il faut s’indigner et se battre contre cette tendance.
Deux : le glyphosate. Il faut combattre toute idéologie, ne pas interdire si on ne propose pas d’alternative. Nous savons nous remettre en cause et innover, je pense par exemple à l’agriculture de conservation sur laquelle nous menons une réflexion, mais qu’on nous laisse un peu de temps. 

>> Quels seront les points forts de vos travaux ?
Il y en aura plusieurs mais citons l’élection de 3 nouveaux administrateurs, des jeunes. A travers cela, c’est du dynamisme, de la vitalité, un regard porté vers l’avenir que nous intégrons.

>> Des arrivées donc des départs aussi ?
Oui. Soulignons celui de Robert de Formigny après 24 ans d’engagement. On a bénéficié de son expérience, de son expertise et de sa bonne humeur. Ça a été un plaisir de travailler à ses côtés pendant tout ce temps.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie
La FRSEA de Normandie a terminé ce lundi 21 septembre le renouvellement de ses instances engagé au printemps dernier.
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Publicité