Aller au contenu principal

La Draaf murée

Le 4 février, les JA ont bloqué l'entrée de la Draaf à Caen pour manifester leur manque de réponse face aux futurs dossiers d'installation.

© SB

Murer la Draaf (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt), une opération de dernier recours et une action symbolique. Voilà comment les Jeunes agriculteurs ont souhaité manifester leur mécontentement face au manque de réponses obtenues concernant les installations des jeunes agriculteurs dans la région Basse-Normandie.
Ce même jour, Antoine Maquerel, responsable du dossier installation chez les JA de Basse-
Normandie a assisté à la Commission régionale d'installation et de transmission (CRIT) qui se tenait dans les bureaux de la Draaf. Mais au bout de quelques minutes, il a déserté la salle. Il s'en explique : “J'ai posé des questions, celles qu'on pose depuis huit mois. Et nous n'avons toujours aucun élément. C'est intenable pour nous. Pour s'installer, les jeunes ont des impératifs et les personnes qui partent en retraite également”.

Pelle et truelle
Alors, les JA des trois départements n'ont pas voulu en rester là. Pelle et truelle à la main, sac de ciment, sable, tous les ingrédients étaient sur site pour monter un mur devant la porte d'entrée de la Draaf de manière à marteler leur inquiétude. “L'administration se mure dans le silence, alors on mure l'accès” expliquent les JA. “Hormis l'accès handicapé” souligne Rodolphe Lormelet.

Une vingtaine de dossiers bloqués
A peine le mur terminé, le directeur de la Draaf, Jean Cézard et le chef de service Jean-Luc Pajaud, sont arrivés sur place pour engager la discussion et entendre les revendications des JA. “Une vingtaine de dossiers sont bloqués” assure Antoine Maquerel. “Nous sommes dans la même situation que l'année dernière” déplore-t-il, alors que tout devait être fait pour que la problématique ne se renouvelle pas. Ce n'est pas le cas. “Les crédits sont là, mais nous n'avons pas le feu vert de Bruxelles” rétorque Jean Cézard. A ses yeux, c'est l'histoire de quelques jours. Ce que voudraient croire les JA mais qui peinent malgré tout à le faire.

La réponse de Bruxelles attendue
Le nouveau dispositif implique la création d'une grille de sélection avec un système de points. Ce qui n'était pas le cas en France auparavant. “Ce qui est aberrant” lâche Antoine Maquerel. “Dans le passé, on ne présentait pas les dossiers des jeunes agriculteurs qui n'avaient pas de chance de recevoir une réponse positive” explique-t-il. Et là, Jean Cézard leur demande de “faire remonter ces dossiers même s'ils ne sont pas parfaits”. Ce n'est pas sans avoir de conséquences notamment financières puisque les JA mettent la main à la poche pour concocter leur dossier. “Certes, à partir du moment où il dépose son dossier, il peut s'installer mais il ne sait pas s'il aura des aides” dénonce le responsable du dossier installation.
Jean Cézard reconnaît être “dans une phase transitoire”, où il est demandé aux services d'être à la fois “pragmatiques et uniformes”. Ce à quoi l'agriculteur répond rapidement : ”c'est une nécessité”. Le directeur de la Draaf se dit ne pas être trop inquiet. “On avait identifié dès l'automne les problèmes d'installation. Aujourd'hui, il y a les délais, ceux de Bruxelles, qu'on ne maîtrise pas. Mais dans quelques jours, nous pourrons vous assurer” déclare-t-il. Un courrier ou un mail est attendu pour confirmer que cette grille de sélection reste conforme à la réglementation européenne. Un délai qui semble difficile à tenir pour les JA malgré
l'urgence de la situation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité