Aller au contenu principal

Protection du gibier
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement

A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du Calvados. L’objectif : disperser le petit gibier dans les parcelles au moment de la fauche, pour réduire leur mortalité.

Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
© DB

C’est principalement dans ses deux parcelles de luzerne que Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, croise du petit gibier au moment de la fauche, en mai-juin. « A cette époque-là, il s’est déjà bien installé, il y a des petits bien cachés, on ne peut pas les voir et ils sont incapables de fuir ». Lasse, l’exploitante a fini par contacter la fédération des chasseurs pour avoir des informations sur les solutions permettant de préserver la faune sauvage. La fédération finance justement des barres d’effarouchement aux agriculteurs qui le souhaitent, « on en budgétise 2 ou 3 par an, révèle Geoffroy de Lesquen, lui-même agriculteur et vice-président de la fédération, en ce moment, huit sont chez des exploitants ».

La barre se place à l’avant du tracteur


Catherine Pilet-Fontaine vient de réceptionner la sienne, qu’elle partagera avec ses voisins, « j’ai de bonnes relations avec eux, ils sont plusieurs à être intéressés ». Aucune adaptation n’est nécessaire pour la pose de la barre, « c’est simple », avise l’agricultrice. L’outil est placé à l’avant du tracteur, sur l’attelage, à 3,5 m de la barre de fauche et est muni d’un bras repliable hydrauliquement. Les travaux de récolte et de broyage coïncident la plupart du temps avec les phases de nidification chez le faisan et la perdrix ainsi que la mise bas des chevreuils. Le bruit des barres qui s’entrechoquent effraye les bêtes. « J’ai un bois à côté, où elles peuvent se réfugier et l’estuaire de l’Orne tout proche, on a du monde », sourit
Catherine Pilet-Fontaine, satisfaite de la solution proposée. Le coût d’une barre d’effarouchement est d’environ 3 000 euros. La fédération des chasseurs en a acquis deux cette année, qu’elle met à disposition des agriculteurs.

Plus d’informations auprès de la fédération des chasseurs du Calvados

 

Le bruit des barres qui s’entrechoquent effraye les bêtes : faisans, perdrix, lièvres, chevreuils.
Le bruit des barres qui s’entrechoquent effraye les bêtes : faisans, perdrix, lièvres, chevreuils.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO. Le bois d’élagage valorisé en plaquettes
Installé à Condé-en-Normandie (14), Tony Soisnard dédie une grande part de son activité à l’entretien des routes et des haies.…
Tuberculose bovine : un cas de la souche anglaise détecté en Suisse normande
La semaine dernière, un cas de tuberculose bovine a été détecté dans un élevage de Suisse normande. Le siège de l’exploitation…
Gènes diffusion, Littoral Normand
Littoral normand et Gènes diffusion s’associent lors de portes ouvertes
Les deux organismes ont fait de l’innovation cause commune, mardi 23 novembre 2021, à Carentan-les-Marais (50). Les structures…
MANIF JA 50 PREFECTURE
JA : manifestation devant les grilles de la préfecture
Après une rencontre avec les parlementaires aux côtés de la FDSEA de la Manche le 15 novembre 2021, les Jeunes agriculteurs de la…
normabat - Région
Abattage, découpe, transport : le bilan de la concertation Normabat en Normandie
Interbev, Arip et Cran (Chambre régionale d’agriculture de Normandie) ont rendu le 9 novembre 2021 à Pont-Audemer (27), en…
Camembert Le Bienheureux
Camembert : le Bienheureux s’invite sur les tables
Depuis 1924, veaux, vaches, moutons sont présents à la Ferme du Bienheureux, basée à La Rochelle-Normande, commune associée à…
Publicité