Aller au contenu principal

EGA
La FDSEA de la Manche contrôle les prix en GMS

Vendredi 26 mars 2021, les membres du Conseil d’administration de la FDSEA de la Manche ont mené une opération de contrôle des prix dans deux grandes surfaces saint-loises : Leclerc Agneaux et Carrefour Market. L’objectif étant de vérifier si les distributeurs respectaient la loi. Plusieurs produits ont été retirés ou ont eu leur prix augmenté.

Deux groupes d’une dizaine d’adhérents de la FDSEA de la Manche se sont déplacé dans les grandes surfaces saint-loises le 26 mars 2021 à l’issue d’un conseil d’administration en vue de contrôler les prix de trois familles de produits. Pas question pour les agriculteurs de voir du lait en dessous de 74 cts/l, de l’emmental râpé à moins de 6,23 €/kg et le yaourt à moins de 1,34 €/kg. « Depuis plusieurs mois, on veille au respect de la loi EGAlim et à la construction du prix en marche avant. Au-dessous de ces prix indiqué, la juste rémunération des producteurs est impossible », explique Jean-Hugues Lorault, secrétaire général du syndicat agricole.

Des palettes de lait enlevées

Concrètement, les agriculteurs ont donc pris un charriot pour enlever les produits non conformes à la réglementation, tout en instaurant un dialogue en préambule avec le directeur du magasin. A Carrefour Market, trois références ont été pointées du doigt : deux marques de lait et de l’emmental. Face à une promotion qui ne rentrait pas dans les clous, et qui avait été dénoncée par les Jeunes agriculteurs la semaine précédente, le directeur du magasin a fait retirer de l’allée centrale les palettes de ce lait. « On ne décide pas du prix puisque c’est la centrale d’achat qui gère », explique le directeur, tout en continuant d’échanger avec les responsables syndicaux.

Un ultimatum

A Leclerc, deux références de lait, trois références d’emmental et quatre de yaourts étaient au- dessus du prix. Stéphane Blais, directeur du site d’Agneaux, s’est dit surpris de voir une délégation syndicale arriver dans ses rayons. Effectivement, l’ultimatum donné notamment par la FNPL est fixé au 1er avril. Mais les adhérents du syndicat ont voulu mettre la pression et un ultimatum avant cette date. Ce qui a conduit le directeur de l’enseigne d’Agneaux à augmenter le prix sur le yaourt par exemple. Sans aucun doute, les éleveurs de la Manche gardent un œil sur ces prix. La FDSEA mobilisera son réseau et ses adhérents pour vérifier, sur tout le territoire, le respect de la loi et du revenu des producteurs. Les grandes surfaces restent étroitement surveillées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité