Aller au contenu principal

La FDSEA de la Manche réclame une prise en compte des dégâts d’orage

Une mission d’enquête réclamée par la FDSEA s’est déplacée sur le terrain lundi dernier afin de visualiser les dégâts occasionnés par l’orage du 14 septembre dernier et étudier les possibilités d’accompagnement des agriculteurs sinistrés.

© MG

« Les conséquences de l’orage du 14 septembre fragilisent la situation d’agriculteurs déjà confrontés à la crise de l’élevage » estiment Gilbert Michel, vice-président de la FDSEA, et Sylvain Leménorel, secrétaire général adjoint de la FDSEA pour l’arrondissement de Mortain. Une mission d’enquête officielle constituée des représentants syndicaux, de la chambre d’agriculture et d’agents de la DDTM était sur le terrain mardi dernier sur le centre et le sud du département afin de dresser un état des lieux de la situation. Les cultures de maïs sont sinistrées sur une vingtaine de communes situées sur un couloir proche de Gavray jusqu’au Teilleul. Le niveau des pertes dépendra de l’évolution des conditions météorologiques et surtout des possibilités de récolter des mais couchés et emmêlés sur des surfaces conséquentes. Le surcoût engendré pour les récoltes de maïs pourrait être multiplié par 4 par rapport à un coût de récolte dans des conditions normales. Les éleveurs visités témoignent également de pertes sur les prairies temporaires récemment emblavées. Il a été également fait état d’impact pour les cultures de poireau et carotte sur des communes de la côte ouest. « Nous avons d’ores et déjà sollicités le préfet et le conseil départemental afin d’étudier le type d’accompagnement à apporter aux agriculteurs. Le maïs est, certes, une culture assurable exclu du champ des calamités agricoles. Un dégrèvement fiscal est par contre envisageable voire d’autres dispositifs pour dégager les branches et arbres sur les parcelles. Une prise en charge partielle des surcouts de travaux de récolte serait à notre sens l’une des mesures les plus adéquates » soulignent les responsables de la FDSEA.Les rencontres avec les services de l’Etat et le conseil départemental vont se poursuivre afin d’affiner le diagnostic et tenter d’apporter des réponses aux éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Tuberculose bovine : deux cas découverts dans le secteur de Pont-d’Ouilly
La direction départementale de la protection des populations (DDPP) a annoncé, mercredi 18 mai 2022, la découverte d’un cas de…
JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
Publicité