Aller au contenu principal

Préretraite, régime social agricole, phytosanitaires
La FDSEA et les JA rencontrent Philippe Bas

Face au Ministre délégué à la Sécurité Sociale, les responsables syndicaux ont présenté leurs projets, notamment sur le FFPSA.

Avant l’entrevue avec Philippe Bas, les responsables de la FDSEA, des JA, de la Chambre d’Agriculture, du CEFL et du SILEBAN ont présenté leurs revendications  à la presse.
Avant l’entrevue avec Philippe Bas, les responsables de la FDSEA, des JA, de la Chambre d’Agriculture, du CEFL et du SILEBAN ont présenté leurs revendications à la presse.
© E.C.
Membre du gouvernement, candidat aux prochaines législatives sur Avranches. Pas de doute, Philippe Bas laboure le terrain manchois sur les deux tableaux. Vendredi dernier, il endossait son manteau de ministre délégué à la Sécurité Sociale, aux personnes âgées, aux handicapés et à la famille pour rencontrer les élus départementaux mais aussi les responsables de la FDSEA et des JA.Face à la PAC Difficile donc pour un Ministre en campagne de tenir ses horaires. C’est avec plus d’une heure de retard que la réunion, prévue à 17 h dans l’enceinte de la préfecture a pu se dérouler. Pascal Férey et Ludovic Blin, présidents de la FDSEA et des JA, ainsi que Rémi Bailhache, président de la Chambre d’Agriculture ont mis en exergue trois points : le financement de la préretraite et celui du régime social agricole, ainsi que la problématique des phytosanitaires. Sur ce dernier chapitre, la FDSEA et les JA étaient accompagnés de Yves Leridez, président du comité économique fruits et légumes, et de Bernard Guillard, président du Sileban. Dans leur présentation au Ministre, les leaders syndicaux ont indiqué, “nous souhaitons que les moyens financiers alloués au département en 2006 soient complétés afin de pouvoir traiter l’intégralité des demandes éligibles sur la préretraite agricole, l’aide à la reconversion professionnelle et l’aide à la transmission des exploitations. Nous voulons aussi, dès 2007, qu’une mesure prenne le relais du dispositif préretraite actuel, ce pourrait être une aide au rachat de points”. Et d’enfoncer le clou, “avec la réforme de la PAC, le démantèlement des organisations de marché et le choix affiché de faire baisser les prix agricoles qui fragilisent les exploitations, les Pouvoirs Publics doivent avoir une réelle ambition sur les mesures d’accompagnement, y compris sur la ligne agriculteurs en difficulté”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité