Aller au contenu principal
Font Size

Maraîchage
La filière salade essuie un brin

Cet été, Sylvain Massin, producteur à Moidrey (50) dans le bassin légumier de Saint-Georges-de-Gréhaigne, a dû broyer ses salades au champ compte tenu du manque de débouchés. En cause, un ralentissement de la consommation de salades de quatrième gamme (salade sous vide prête à l’emploi) du mois de juillet à mi-août.

SALADES 50
Sylvain Massin, producteur de salades de quatrième gamme subit les conséquences de la baisse de la consommation.
© DR

« J’ai dû broyer 1 ha de salades qui s’abîmaient, elles n’étaient plus commercialisables », déplore Sylvain Massin, producteur de salades, dans le bassin de Saint-Georges-de-Gréhaigne. Il est aussi représentant de l’OP de légumes d’Agrial qui compte environ 40 adhérents, dont une quinzaine de producteurs de salades. A Moidrey près de Pontorson, le maraîcher exploite une ferme de 20 ha de salades scaroles, 8 ha de salades frisées, 11 ha de carottes et 4 ha de navets. « Une scarole mûre peut tenir une semaine dans le champ ». Les producteurs ont attendu jusqu’au dernier moment une éventuelle collecte, mais le délai est court et plusieurs ont été contraints de broyer la production qui n’était plus commercialisable.


Manque de consommation

La production de salades est contractualisée mais les partenaires en aval ne parvenaient plus à collecter toute la marchandise à cause de la baisse de consommation.
« On est à 20-25 % de moins en commande depuis le mois de juillet pour la salade de quatrième gamme, ça représente environ 150 t de salades par semaine de perdues pour le bassin. Je pense que nos clients font le maximum de leur côté, mais le marché sature à cause de la Covid », indiquait Sylvain Massin fin juillet.
20 % de la collecte de salades frisées vertes sont destinés au marché anglais. La situation sanitaire outre-Manche a engendré une baisse de 50 % de la consommation de ce produit.
Un marché qui peine à repartir, contrairement au marché national qui se porte mieux. « Pendant le confinement, les gens ont eu la main verte, analyse le maraîcher, avec la reprise du travail et une météo moins favorable, les achats ont repris en France depuis la mi-août ».
En plus de la crise, la consommation de salades de quatrième gamme, qui était en progression depuis cinq ans, stagne aujourd’hui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité