Aller au contenu principal

Maraîchage
La filière salade essuie un brin

Cet été, Sylvain Massin, producteur à Moidrey (50) dans le bassin légumier de Saint-Georges-de-Gréhaigne, a dû broyer ses salades au champ compte tenu du manque de débouchés. En cause, un ralentissement de la consommation de salades de quatrième gamme (salade sous vide prête à l’emploi) du mois de juillet à mi-août.

SALADES 50
Sylvain Massin, producteur de salades de quatrième gamme subit les conséquences de la baisse de la consommation.
© DR

« J’ai dû broyer 1 ha de salades qui s’abîmaient, elles n’étaient plus commercialisables », déplore Sylvain Massin, producteur de salades, dans le bassin de Saint-Georges-de-Gréhaigne. Il est aussi représentant de l’OP de légumes d’Agrial qui compte environ 40 adhérents, dont une quinzaine de producteurs de salades. A Moidrey près de Pontorson, le maraîcher exploite une ferme de 20 ha de salades scaroles, 8 ha de salades frisées, 11 ha de carottes et 4 ha de navets. « Une scarole mûre peut tenir une semaine dans le champ ». Les producteurs ont attendu jusqu’au dernier moment une éventuelle collecte, mais le délai est court et plusieurs ont été contraints de broyer la production qui n’était plus commercialisable.


Manque de consommation

La production de salades est contractualisée mais les partenaires en aval ne parvenaient plus à collecter toute la marchandise à cause de la baisse de consommation.
« On est à 20-25 % de moins en commande depuis le mois de juillet pour la salade de quatrième gamme, ça représente environ 150 t de salades par semaine de perdues pour le bassin. Je pense que nos clients font le maximum de leur côté, mais le marché sature à cause de la Covid », indiquait Sylvain Massin fin juillet.
20 % de la collecte de salades frisées vertes sont destinés au marché anglais. La situation sanitaire outre-Manche a engendré une baisse de 50 % de la consommation de ce produit.
Un marché qui peine à repartir, contrairement au marché national qui se porte mieux. « Pendant le confinement, les gens ont eu la main verte, analyse le maraîcher, avec la reprise du travail et une météo moins favorable, les achats ont repris en France depuis la mi-août ».
En plus de la crise, la consommation de salades de quatrième gamme, qui était en progression depuis cinq ans, stagne aujourd’hui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Claas, jaguar 990 TT
La Jaguar 990 TT : ce qu’en disent les chauffeurs
Dans la parcelle de Francis Martin et Mickaël Philippe à Sottevast (50), une vingtaine de collègues ont prêté main-forte aux…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
ABATTOIR ASH TEBA
Nouveau coup dur pour l’abattoir et Teba
Dans la nuit de mercredi 21 à jeudi 22 octobre 2020, des fuites sur l’installation froid ont été détectées à l’Abattoir de Saint-…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
Publicité