Aller au contenu principal

Maraîchage
La filière salade essuie un brin

Cet été, Sylvain Massin, producteur à Moidrey (50) dans le bassin légumier de Saint-Georges-de-Gréhaigne, a dû broyer ses salades au champ compte tenu du manque de débouchés. En cause, un ralentissement de la consommation de salades de quatrième gamme (salade sous vide prête à l’emploi) du mois de juillet à mi-août.

SALADES 50
Sylvain Massin, producteur de salades de quatrième gamme subit les conséquences de la baisse de la consommation.
© DR

« J’ai dû broyer 1 ha de salades qui s’abîmaient, elles n’étaient plus commercialisables », déplore Sylvain Massin, producteur de salades, dans le bassin de Saint-Georges-de-Gréhaigne. Il est aussi représentant de l’OP de légumes d’Agrial qui compte environ 40 adhérents, dont une quinzaine de producteurs de salades. A Moidrey près de Pontorson, le maraîcher exploite une ferme de 20 ha de salades scaroles, 8 ha de salades frisées, 11 ha de carottes et 4 ha de navets. « Une scarole mûre peut tenir une semaine dans le champ ». Les producteurs ont attendu jusqu’au dernier moment une éventuelle collecte, mais le délai est court et plusieurs ont été contraints de broyer la production qui n’était plus commercialisable.


Manque de consommation

La production de salades est contractualisée mais les partenaires en aval ne parvenaient plus à collecter toute la marchandise à cause de la baisse de consommation.
« On est à 20-25 % de moins en commande depuis le mois de juillet pour la salade de quatrième gamme, ça représente environ 150 t de salades par semaine de perdues pour le bassin. Je pense que nos clients font le maximum de leur côté, mais le marché sature à cause de la Covid », indiquait Sylvain Massin fin juillet.
20 % de la collecte de salades frisées vertes sont destinés au marché anglais. La situation sanitaire outre-Manche a engendré une baisse de 50 % de la consommation de ce produit.
Un marché qui peine à repartir, contrairement au marché national qui se porte mieux. « Pendant le confinement, les gens ont eu la main verte, analyse le maraîcher, avec la reprise du travail et une météo moins favorable, les achats ont repris en France depuis la mi-août ».
En plus de la crise, la consommation de salades de quatrième gamme, qui était en progression depuis cinq ans, stagne aujourd’hui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité