Aller au contenu principal

Coopération
La filière “Volaille” d’Agrial veut conforter son parc

Maintenir voire conforter le poulailler pour maintenir les outils d’abattage, Agrial veille au grain en donnant un coup de pouce à l’investissement.

"C’est le manque de place qui nous a pénalisés et non pas le manque de débouchés”. La filière “Volaille” d’Agrial, qui tenait mercredi dernier à Vaudry (14) son assemblée générale, enregistre un léger recul de production (elle affiche à contrario une forte progression en poulet standard et plus encore en dinde). C’est pourquoi la coopérative propose désormais des mesures concrètes d’accompagnement à l’investissement.

800 e/mois
Son projet type : un investissement de 280 000 e pour 1 600 m2 correspondant à un 3/4 temps. Agrial apporte 40 000 e d’aide pour un revenu cible après impôt de 800 e/mois. “Trop juste pour séduire les jeunes”, estiment certains adhérents. “Un peu pessimiste, reconnaît Pierre Clément, mais on ne vend pas du rêve”.
Quoiqu’il en soit, pour atteindre une approche plus pointue du seuil de rentabilité de l’atelier “volaille”, encore faut-il y ajouter désormais les aides régionales (jusqu’à 10 000 e voire 20 000 e dans le cadre d’un GAEC) et certaines aides départementales comme dans l’Orne. Signalons d’ailleurs à ce titre que si la Région a dit 2 fois “oui” pour aider la filière “volaille bio”, AVI Normandie a du batailler ferme pour que la collectivité régionale rende également éligible à l’aide à l’investissement la filière “volaille label”. Et quid de la filière standard ? “S’il n’y a rien de fait sur l’ensemble du parc, ce sont en face les outils de transformation qui risquent de disparaître”, craint Gilbert Herpe.

Quelle segmentation demain ?
In fine, augmenter le parc certes, mais pour produire quel type de volailles demain ? Ceux qui attendaient des réponses précises de Pascale Magdelaine sont restés sur leur faim. Prudente, la représentante de l’ITAVI a exposé 3 scénarios différents. Première hypothèse : “prix et praticité” l’emportent. Elle serait favorable aux volailles standard. Deuxième hypothèse : “l’angoisse sécuritaire”. Elle condamne le plein air. CCP (49 %) et standard (44 %) se partagent le marché laissant une miette (1 %) au bio. Dernière hypothèse : “montée en puissance des attentes citoyennes” qui segmente le marché. 39 % pour le label, 30 % en standard, 16 % en CCP et 15 % pour le bio.

Un match bio/label
Au bilan, si tout est encore possible, il est un match qui se profile : label contre bio. “Quelle différence entre les deux démarches ?”, s’interroge à juste titre un producteur. Il est vrai que les normes européennes en matière de production biologique, qui priment sur les normes françaises,  vont avoir un effet “poulet dans un jeu de quilles”. Avec des durées d’engraissement réduites, le bio européen pourrait devenir plus rentable et, s’il répond à l’attente du consommateur (les jeunes identifiant plus facilement le bio que le label), entrer en concurrence directe avec le label.
De là à ce qu’Agrial se lance dans cette voie, il est encore trop tôt pour l’affirmer mais rien n’interdit d’y penser. “Il faut avoir des stratégies réactives”, a insisté Pascale Magdelaine. “Nous sommes en état de veille sur le sujet, ça peut être une opportunité dans les années à venir”, a précisé Didier Secoué. Pour l’instant, la demande est insuffisante. Un manque de volume qui interdit toute mise en place d’une logistique spécifique au bio. “La consommation de bio européen peut venir des hard-discounters. On peut y rajouter la restauration collective et une volonté politique affirmée”, note pour sa part Gilbert Herpe. Mais bio ou pas bio, le cahier des charges en label devra évoluer. Lentement : “avec les locomotives que nous avons en face (Ndlr : Poulet de Loué par exemple), les lignes ne sont pas encore prêtes de bouger”, pronostique Pierre Clément.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité