Aller au contenu principal

Social
La formation des salariés

Les métiers agricoles sont exigeants que ce soit pour les chefs ou les salariés d’exploitation.

La formation est un bon outil pour entretenir, perfectionner 
ces compétences et anticiper les changements à venir.
La formation est un bon outil pour entretenir, perfectionner
ces compétences et anticiper les changements à venir.
© CA 50

Les métiers agricoles nécessitent, à la fois, une polyvalence, une technicité pointue et un regard permanent sur l’innovation et l’adaptation des structures. La formation permet de répondre à ces exigences. Elle est un bon outil pour entretenir, perfectionner ces compétences et anticiper les changements à venir.Les agriculteurs se forment régulièrement et mesurent l’intérêt, pour eux de le faire. Pour les salariés, c’est différent : ils ne connaissent pas toujours les dispositifs existants et leur départ en formation connaît quelques freins. Pourtant, la formation tout au long de la vie est nécessaire pour que les salariés puissent accéder et se maintenir dans l’emploi. Elle leur permet d’actualiser leurs savoirs, de s’approprier de nouvelles technologies, d’évoluer, de se préparer aux évolutions du métier et de gagner en efficacité et en autonomie. Tout employeur de main d’œuvre, même à temps partiel, participe au financement de la formation professionnelle par les cotisations qu’il verse auprès du FAFSEA (Fonds national d’assurance formation des salariés des exploitations et entreprises agricoles) via la MSA. Le salarié quand a lui quelque soit la forme et la durée de son contrat peut se former en tout ou partie sur son temps de travail. Il existe plusieurs dispositifs suivant sa situation : plan de formation inter-entreprise, Droit Individuel à la Formation (DIF), bilan de compétences...

Mode d’emploi

Pour accéder à une formation, il est toutefois nécessaire que le salarié fasse une demande auprès de son employeur. Le départ en formation ne se décide pas seul et doit être anticipé pour pouvoir faire les demandes de financements et permettre l’organisation du travail le temps du stage.A tort la formation est parfois associée à une charge pour l’entreprise “du temps à passer”, “une organisations à mettre en place”, “un coût à supporter” alors qu’il s’agit en fait d’un investissement comme un autre. La formation est une ressource essentielle pour le développement de l’entreprise, à ce titre, elle peut être pilotée comme les autres outils stratégiques. L’employeur connaît les grandes orientations à venir, les objectifs à atteindre… Prendre le temps de discuter avec son salarié de ces projets d’entreprise et évaluer avec lui l’impact sur son poste de travail permettent de construire ensemble un plan de formation. Ce dernier ayant pour objectif de faire monter en compétence le salarié pour préparer l’avenir ou renforcer l’existant. La formation est aussi une source de motivation et d’épanouissement pour le salarié. Les salariés sont en général, prêts à investir sur la formation car ils considèrent que c’est un moyen pour eux d’évoluer et d’échanger avec d’autres personnes du métier. Ils sont demandeurs d’être acteurs dans les choix de formation qui les concernent et donc preneurs d’un échange sur le sujet avec leur employeur. L’entretien annuel est un des outils pour construire ensemble ce plan de formation. Il est l’occasion de faire le point avec le salarié sur les tâches qui lui sont déléguées en terme d’autonomie et de niveau de maîtrise. Cet échange permet aussi de fixer des objectifs de progrès et de discuter ensemble des compétences nécessaires à développer pour les atteindre. C’est aussi un moment privilégié pour l’employeur pour repérer les besoins de son salarié en terme d’évolution de poste.Il n’est pas toujours facile de mesurer et de prioriser les besoins en formation des salariés. C’est pourquoi, les Cham-bres d’agriculture proposent une formation “Un salarié motivé pour une entreprise compétitive”. L’objectif est que les employeurs s’approprient les outils de Gestion des Ressources Humaines (GRH) pour réaliser l’entretien annuel du salarié et établir le plan de formation en lien avec les évolutions de l’entreprise. Pour le choix des formations, employeurs et salariés peuvent s’aider du catalogue des formations des Chambres d’agriculture ainsi que celui du FAFSEA (en ligne sur leurs sites respectifs). Investir sur la formation de son salarié c’est donc investir pour demain sur le capital humain de son exploitation en déployant de nouvelles compétences et développant la motivation et l’intérêt dans le travail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité