Aller au contenu principal

La foudre : c’est vachement dangereux

Trois Charolaises et un broutard seraient morts foudroyés vendredi 29 décembre, à Aubry-le-Panthou. Attention, les contrats d’assurance n’incluent pas automatiquement, les dommages de foudre, alors que les bovins se révèlent sensibles au courant électrique.

Les quatre animaux se trouvaient dans un creux, au pied d’un promontoire calcaire, où stagnait une mare. DR
Les quatre animaux se trouvaient dans un creux, au pied d’un promontoire calcaire, où stagnait une mare. DR
© DR

Le témoignage de l’éleveur
« J’ai été très surpris en arrivant dans le champ. » Vendredi 29 décembre vers 13 h, Jean-Luc Laigre, éleveur à Aubry-le-Panthou, se rend dans l’une de ses parcelles, située à 300 m de sa ferme, pour soigner une vingtaine d’animaux. Il voit quatre bovins de ses bovins allongés à terre. « Les trois Charolaises et le broutard se trouvaient côte à côte. Je n’ai vu aucune trace de brûlure. J’ai d’abord cru à un empoisonnement. » Puis, il comprend que les bêtes se sont abritées de l’orage à proximité d’un bosquet. La foudre les aurait électrocutées. « J’ai demandé à mon vétérinaire de venir pour qu’il me confirme que c’était bien ça. Nous étions le jour de son départ à la retraite. Il m’a dit qu’en trente ans de métier, il n’avait jamais vu cela. »

Le diagnostic du vétérinaire
« Les trois vaches sont tombées en enfilade, dans le creux d’un bosquet, au pied d’un promontoire calcaire, où stagnait une mare, décrit le vétérinaire traitant de l’exploitation, installé à Vimoutiers. Le broutard se trouvait à genou, hagard, il est mort quelques heures après. » Pour le praticien, l’hypothèse la plus plausible semble que la foudre soit tombée à proximité du bosquet, irradiant le sol et les bovins qui se trouvaient les pieds dans l’eau.

Le complément du Groupement de défense sanitaire (GDS)
« Les traces de brûlures sur les animaux ne sont pas systématiques, assure Claire Osdoit, vétérinaire du Groupement de défense sanitaire de l’Orne. Les bovins sont d’avantages sensibles à la foudre que l’Homme car ils marchent sur quatre pattes : ils comptent plus de points qui touchent la terre. On dit aux humains de ne pas courir sous l’orage car, plus on réalise des pas éloignés, plus l’électricité passe à l’intérieur du corps. » Les deux éléments confèrent aux bovins une réelle vulnérabilité électrique. « Par exemple, quand du courant parasite traverse les tubulaires, l’Homme ne le ressent pas, mais les bovins oui. »

Le mot de l’assureur
Les dommages de foudres ne se trouvent pas systématiquement inscrits dans les contrats d’assurance, chaque éleveur doit le vérifier. « Souvent, la compagnie missionne un expert quand le montant des dommages est important. Ce qui est le cas pour le décès de quatre animaux, relate Pascal Blin, assureur de la compagnie Gan, à Mortagne-au-Perche. L’expert vérifie que les animaux sont bien morts foudroyés, afin que la compagnie procède au règlement. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Chasseurs et FDSEA se lient contre les corvidés
La FDSEA et la Fédération des chasseurs se sont rencontrées, mardi 7 juin 2022. Elles ont échangé sur les options pour prévenir…
Publicité