Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ovins
La gale des moutons : une maladie toujours d’actualité

Des remontées du terrain nous font part de la présence de gale du corps dans plusieurs troupeaux de moutons du département.

© GDS 50

C’est une maladie grave à ne pas prendre à la légère. Parmi les trois gales (gale des pattes, gale de la tête ou noir museau, gale du corps) pouvant être rencontrées chez les ovins, la gale du corps est la plus fréquente et la plus grave.La gale du corps est une maladie de la peau, qui se caractérise par l’apparition sur plusieurs ovins du même lot :

- de démangeaisons ;

- de plaques de laine arrachées au niveau des flancs et du dos ;

- d’une peau enflammée, couverte de croutes et épaissie ;

- sur le corps des agneaux de taches blanches dues au léchage. Les surinfections de la peau par des bactéries ou des asticots sont fréquentes et peuvent conduire à :

- une baisse de l’appétit ;

- un retard de croissance des agneaux ;

- des avortements ;

- la mort.


Une maladie parasitaire

La gale du corps des ovins est due à un acarien, qui vit sur la peau et qui se nourrit de débris de peau et de lymphe.Les femelles de cet acarien pondent des œufs, qui en 10 à 12 jours vont donner naissance à de nouveaux acariens adultes.


Lors de suspicion, la rechercher

La recherche (de préférence au microscope) de cet acarien se fera à partir de prélèvements de laine, de croutes ou d’un grattage de la peau en périphérie des zones du corps atteintes.

Choisir le traitement le mieux adapté

Le traitement devra être appliqué le plus tôt possible sur tous les ovins d’un même lot, y compris les moutons apparemment sains.Différentes techniques de traitement sont possibles avec chacune leurs avantages et inconvénients (tableau).Pour le choix du produit de traitement, contactez votre vétérinaire traitant.Important : pour éviter une recontamination rapide, tout l’environnement des moutons (bergerie, râteliers, mangeoires, nourrisseurs, clôtures, etc…) devra être également traité.

Attention aux achats et au mélange de troupeaux

La maladie peut apparaître dans un troupeau suite :

- à l’achat (ou le prêt) d’un mouton porteur (ne présentant pas encore le plus souvent de signes au niveau de la peau.) ;

- au mélange de moutons de différents cheptels lors de mise en pâtures en commun, de foires ou concours ;

- à l’utilisation en commun de matériel : véhicule de transport des moutons, etc … Il faut noter que les acariens de la gale du corps peuvent survivre plusieurs semaines dans le milieu extérieur.


Se protéger lors des achats

- Avant d’introduire (achat, prêt) un nouveau mouton, même s’il semble sain, dans son troupeau, il faut prendre les précautions suivantes :

• lui faire une piqûre d’un produit efficace contre la gale du corps dès son arrivée ;

• renouveler cette piqûre 7 à 10 jours (selon le produit utilisé) après la première piqûre ;

• le maintenir isolé du reste du troupeau pendant au moins 30 jours et respecter les délais d’attente viande/lait liés aux produits injectés.Pour le choix du produit, contactez votre vétérinaire traitant.

- Dans les secteurs, où des mises en pâtures en commun sont réalisées, des baignades (ou douches) collectives préventives systématiques sont recommandées.

- Lors de l’utilisation en commun de matériel, le nettoyer, le désinfecter et le désinsectiser avec un produit efficace contre la gale après chaque utilisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité