Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Amélis
La génomique se joue à l'international

« La génétique n’a plus de nationalité. Par un jeu d’alliance entre structures va s’élargir le champ de la sélection ». Jean-Luc Guérin, directeur d’Amélis n’y va pas avec le dos de la cuillère mais carrément à la louche lorsqu’il s’agit de prospectives concernant la première coop de France en service génétique. Du côté du conseil d’administration, qui a d’ailleurs entériné cette politique, on approuve des deux mains, président en tête. Les objectifs déclarés d’Amélis, développés jeudi dernier lors de l’AG se déroulant à Avranches (Manche) sont basés sur une phrase du naturaliste Charles Darwin, « ce n’est pas l’espèce la plus forte, ni la plus intelligente, qui survit mais celle qui s’adapte au changement ».

Jean Yves Le Damany, président d’Amélis, « l’un des défis de la coopérative ? Répondre à une individualisation du service à l’éleveur ».
Jean Yves Le Damany, président d’Amélis, « l’un des défis de la coopérative ? Répondre à une individualisation du service à l’éleveur ».
© EC

En prélude à cette ag, les chiffres 2009 annoncés sont dans le rouge. « Logique » répond le président Jean-Yves Le Damany, « nous portons le poids de réorganisation après fusion mais aussi celui d’une année 2009 en baisse sur les IA pour toutes les unités françaises». Chiffres confirmés par Jean-Luc Guérin, « le chiffre d’affaires chute de 1,1 million d’euro ; l’impact de la nouvelle tarification a coûté 300 000 euros et la surcharge génomique/testage 450 000 euros ». Par ailleurs Amélis a autofinancé ses investissements. A la clé, un résultat net à moins 2 millions 580 000 euros.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité