Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Foncier
La Grande Ferme : la Safer a trouvé le repreneur

La Safer de Basse-Normandie a trouvé un repreneur pour la Grande Ferme et son magasin de vente directe, basés à Fontenay-le-Marmion. Après plus d’une année de gérance, la société d’aménagement foncier devrait bientôt laisser les commandes de l’exploitation. La transition est programmée début 2014.

© TG

“C’est probablement la seule Safer en France à se lancer dans une telle aventure d’acquisition de parts de société et de la gérer en direct. Habituellement, nous achetons et nous revendons dans un bref laps de temps”, indique Stéphane Hamon, directeur de la Safer. Le cas de la Grande Ferme est donc assez unique en France. Unique par la superficie de l’exploitation : 240 hectares. Unique par le nombre de salariés : 26. Et unique à travers son montage financier qui interdit toute préemption : une société anonyme. L’opération de la Safer n’est donc pas commune. En effet, les ventes de parts de sociétés ne sont soumises à aucune règle. Dans le cas d’une SA, aucune préemption n’est légalement possible par la Safer. La volonté des anciens propriétaires est ainsi à souligner. La famille Vandermeersch a préféré la reprise totale de l’outil et de ses terres par la Safer, à une offre financièrement plus avantageuse de GDE (Guy Dauphin Environnement).

“Un travail énorme”
Concrètement, la Safer a acheté l’exploitation 5,65 millions d’euros. L’affaire sera revendue 6 millions d’euros. Un chiffre à relativiser puisque le résultat réalisé par la SA a permis de gonfler les fonds propres de la Grande Ferme. “C’est la première fois que nous traitions un dossier aussi complexe. C’est un travail énorme. 3 personnes de chez nous ont travaillé sur ce dossier pendant un an. Nous nous sommes également entourés de trois avocats pour le droit fiscal, rural et social”, souligne Stéphane Hamon. 

Vers une évolution de la loi ?
Comme 20 autres candidats, le futur repreneur a répondu à l’appel de candidatures. Il s’agit d’un ingénieur agronome, ancien cadre de banque. “Il a également une expérience dans la gestion d’entreprises viticoles”, précise Jean-Pierre Fontaine, président de la Safer. Si la résolution de ce dossier
s’avère heureuse pour l’avenir des terres agricoles, elle interroge sur le travail législatif à engager. La vente des parts de société échappe à tout contrôle de la Safer. Et l’activité agricole tend à s’organiser en sociétés, qui de facto échappent à toute régulation foncière. Bon à savoir, les titulaires des droits de préemption (ENS et littoral) pour l’environnement disposent de marges de manœuvres supplémentaires. Ils ont vu leurs prérogatives s’étendre aux ventes de parts de société. “L’Etat doit nous donner des moyens si elle ne veut pas d’une agriculture à deux vitesses”, insiste Jean-Pierre Fontaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité