Aller au contenu principal
Font Size

Jean Turmel (Président de la section lait de la FRSEA de Basse-Normandie)
La grande nébuleuse des relations commerciales entre industriels et grande distribution

Mieux réguler la production est effectivement une nécessité mais il existe probablement d’autres paramètres que la simple réécriture de la grille pour déclencher l’acte de production au moment adéquat. Les hausses du prix du lait ont montré que la carotte fonctionne mieux que le bâton en matière de production laitière. C’est une leçon que les entreprises ne devraient pas oublier.
Mieux réguler la production est effectivement une nécessité mais il existe probablement d’autres paramètres que la simple réécriture de la grille pour déclencher l’acte de production au moment adéquat. Les hausses du prix du lait ont montré que la carotte fonctionne mieux que le bâton en matière de production laitière. C’est une leçon que les entreprises ne devraient pas oublier.
© DR
L’annonce de la recommandation du CNIEL a déclenché une tempête médiatique. Finalement, la situation est-elle bonne ou mauvaise sur le front du lait ?
Certaines maladresses dans l’interprétation des chiffres par les médias ont fait croire que les hausses trimestrielles se succédaient et s’additionnaient. Dans ces conditions, les chiffres annoncés, totalement erronés, pouvaient faire peur à un consommateur dont le pouvoir d’achat a déjà été largement ébranlé par les hausses générales, et peut-être pas toujours justifiées, du carburant par exemple.
La situation actuelle est bonne à plusieurs égards : tout d’abord les producteurs de lait ont montré qu’ils étaient capables de produire le lait dont les français avaient besoin. Le rôle premier des agriculteurs, à savoir nourrir les gens, redevient une évidence pour tout le monde. Ensuite, la recommandation du CNIEL est le résultat (non remis en cause) de modalités d’appréciation de la situation des marchés, qui permet d’acter une hausse de +90,8 €/1 000 l.

Qu’est ce qui vous a marqué dans les négociations pour ce second trimestre ?
Une succession de paradoxes. D’abord les entreprises ont souhaité à ce que l’on soit en adéquation avec le marché et pourtant en 2006, ce sont elles qui ont acté un lissage sur 12 mois glissants sur la parité beurre/ poudre.
Ce lissage fait qu’aujourd’hui elles doivent payer une hausse au moment où le marché s’inverse. Je rappelle cependant qu’il y a quelques mois à peine, elles profitaient d’un marché dynamique avec des prix d’achat du lait plutôt bas.
Ensuite, le beurre et la poudre ne représentent que 28 % de la valorisation du lait et l’essentiel des discussions a chaque fois été ramené sur ces produits. Et pourtant la vraie problématique n’est-elle pas dans la grande nébuleuse des relations commerciales entre industriels et grande distribution ?
Enfin, un des arguments des entreprises pour ne pas appliquer immédiatement l’entièreté de la hausse est le coût de la gestion des surplus de lait. Dans quelle situation aurions nous été si nous avions acté la demande des représentants de la transformation de supprimer purement et simplement la pénalité pour dépassement ?

Est-ce finalement un bon accord que de reporter environ 27 €/1 000 l ?
Ce n’est, à mon sens, pas un bon accord. Mais, comme cela a aussi été acté dans d’autres régions, c’est peut-être l’accord qui permet de préserver un équilibre global dans la filière sans mettre à mal des PME déjà ébranlées par d’autres sujets. Cependant, il est bien évident que l’intégralité de ces 27 €/1 000 l sur les volumes du second trimestre est due aux producteurs de lait.

Qu’en est-il d’une éventuelle réécriture de la grille de paiement ?
Mieux réguler la production est effectivement une nécessité mais il existe probablement d’autres paramètres que la simple réécriture de la grille pour déclencher l’acte de production au moment adéquat. Les hausses du prix du lait ont montré que la carotte fonctionne mieux que le bâton en matière de production laitière. C’est une leçon que les entreprises ne devraient pas oublier.

Avez vous évoqué les mesures de gestion de campagne ?
Oui bien sûr, c’est le rôle du CIRLAIT que de préparer la campagne. Les mesures de gestion à très court terme vécues en 2007 ne sont pas satisfaisantes et nous espérons en tirer les leçons qui s’imposent. Nous avons également évoqué la redistribution des 2 ,5% de références supplémentaires en plaidant pour la recherche de la meilleure fluidité possible afin de permettre aux producteurs de pouvoir compter rapidement sur une attribution complémentaire. Les responsables laitiers des FDSEA sont et seront entendus sur ce sujet.
Propos recueillis par N. Marie
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
Stabulation circulaire
Une stabulation circulaire pour les génisses
Le bâtiment « parapluie » est un concept innovant. Il allie la rapidité de construction et la simplification du travail en…
Publicité