Aller au contenu principal

Prix des engrais
La hausse est-elle derrière nous ?

La hausse des engrais est elle finie ? Certains indices le donnent à penser. Les prix de gros baissent nettement pour certains engrais, moins pour d’autres

Le prix de l’urée en forte baisse
Divisé par 2 en 2 mois : c’est ce qui est arrivé au prix de gros de l’urée ! Comment expliquer un retournement aussi soudain ?
D’abord parce que les engrais azotés sont en partie indexés sur le prix du pétrole. Et le prix du baril a été divisé par trois depuis juillet. Combinez à cela la baisse du prix des céréales et oléagineux partout dans le monde : les agriculteurs regardent à deux fois avant d’épandre ces engrais dont le prix est devenu prohibitif. Vous ajoutez la crise bancaire et boursière de cet automne et sont réunis les 3 ingrédients d’une baisse d’ampleur des engrais azotés.
L’urée, en particulier sous sa forme granulée, est donc un produit intéressant pour la campagne qui vient. Les solutions azotées suivent la même tendance à la baisse, mais pour les utiliser il faut être équipé d’un épandeur d’engrais liquide.

L’ammonitrate reste ferme
Les prix de l’ammonitrate restent fermes, à un niveau très élevé. Si on n’envisage plus de hausse, ce niveau de prix devrait se maintenir durant toute la campagne qui vient. Pourquoi cette différence de tendance ? Difficile à expliquer. Certes, l’ammonitrate se vend essentiellement en Europe, zone où la demande reste vive. Les fabricants européens sont en nombre limités et peuvent retarder la baisse des cours, en arrêtant des usines par exemple, comme vient de le décider le fabricant norvégien Yara.
A terme, au-delà de l’hiver, un tel écart de prix entre l’urée et l’ammonitrate n’est pas tenable : l’unité d’azote sous forme d’urée vaut 30 à 40% moins cher que l’ammonitrate !

Et les autres ?
La tendance n’est pas aussi favorable pour le phosphore et la potasse. Les engrais phosphatés ont stabilisé leurs prix, après avoir presque doublé en un an. Le prix de la potasse continue à augmenter.
Mais l’onde de choc économique de la crise bancaire et financière est telle, que l’on ne peut pas penser que ces deux éléments fertilisants resteront longtemps à l’écart de la baisse qui s’annonce.

Philippe Legrain
Chambre d’Agriculture de la Manche
www.manche.chambagri.fr
plegrain@manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité