Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Prix des engrais
La hausse est-elle derrière nous ?

La hausse des engrais est elle finie ? Certains indices le donnent à penser. Les prix de gros baissent nettement pour certains engrais, moins pour d’autres

Le prix de l’urée en forte baisse
Divisé par 2 en 2 mois : c’est ce qui est arrivé au prix de gros de l’urée ! Comment expliquer un retournement aussi soudain ?
D’abord parce que les engrais azotés sont en partie indexés sur le prix du pétrole. Et le prix du baril a été divisé par trois depuis juillet. Combinez à cela la baisse du prix des céréales et oléagineux partout dans le monde : les agriculteurs regardent à deux fois avant d’épandre ces engrais dont le prix est devenu prohibitif. Vous ajoutez la crise bancaire et boursière de cet automne et sont réunis les 3 ingrédients d’une baisse d’ampleur des engrais azotés.
L’urée, en particulier sous sa forme granulée, est donc un produit intéressant pour la campagne qui vient. Les solutions azotées suivent la même tendance à la baisse, mais pour les utiliser il faut être équipé d’un épandeur d’engrais liquide.

L’ammonitrate reste ferme
Les prix de l’ammonitrate restent fermes, à un niveau très élevé. Si on n’envisage plus de hausse, ce niveau de prix devrait se maintenir durant toute la campagne qui vient. Pourquoi cette différence de tendance ? Difficile à expliquer. Certes, l’ammonitrate se vend essentiellement en Europe, zone où la demande reste vive. Les fabricants européens sont en nombre limités et peuvent retarder la baisse des cours, en arrêtant des usines par exemple, comme vient de le décider le fabricant norvégien Yara.
A terme, au-delà de l’hiver, un tel écart de prix entre l’urée et l’ammonitrate n’est pas tenable : l’unité d’azote sous forme d’urée vaut 30 à 40% moins cher que l’ammonitrate !

Et les autres ?
La tendance n’est pas aussi favorable pour le phosphore et la potasse. Les engrais phosphatés ont stabilisé leurs prix, après avoir presque doublé en un an. Le prix de la potasse continue à augmenter.
Mais l’onde de choc économique de la crise bancaire et financière est telle, que l’on ne peut pas penser que ces deux éléments fertilisants resteront longtemps à l’écart de la baisse qui s’annonce.

Philippe Legrain
Chambre d’Agriculture de la Manche
www.manche.chambagri.fr
plegrain@manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité