Aller au contenu principal

À Sottevast
La Jaguar 990 TT : ce qu’en disent les chauffeurs

Dans la parcelle de Francis Martin et Mickaël Philippe à Sottevast (50), une vingtaine de collègues ont prêté main-forte aux chauffeurs pour ensiler les 12 hectares de maïs sur des sols très humides.

Claas, jaguar 990 TT
L’équipe de l’ETA Agrimouvander de Ruffosses. De gauche à droite : Pierre Castel ; Florian Crucerey ; Romain Legouix ; Omer Vanderploeg ; Thierry Lecavelier ; Vincent Collas ; Hervé Villemer.
© DR

Après deux jours de précipitations intenses - entre 40 et 50 mm selon les estimations des agriculteurs présents - le chantier d’ensilage de la parcelle du Gaec des Roches ressemble à une épreuve de Koh-lanta, tant les sols ont été labourés. Chaque remorque est tractée par deux ou trois tracteurs pour pouvoir avancer parallèlement à l’ensileuse. Partout, ça tangue.

Conditions climatiques

Cette situation, les associés, Francis Martin et Mickaël Philippe, l’avaient déjà connue en 2019. « On s’y était repris à trois fois, se souvient Sylvain Le Marois, éleveur voisin à Négreville, au volant de son tracteur, on avait même planté l’ensileuse et il avait fallu une heure trente pour la sortir ». « On a eu des pertes énormes l’année dernière », confirme Francis Martin. Plusieurs hectares n’ont pas pu être récoltés. Depuis deux ans, des conditions climatiques extrêmes perturbent l’ensilage, « ça fait plus de vingt-cinq ans qu’on fait du maïs, ça fait seulement deux fois qu’on voit ça », relève l’éleveur, consterné. Pour ceux qui étaient présents, 2020 est pire, « le terrain n’a pas pu se refaire, précise Francis Martin et il a plu au printemps ».

Les chenilles à la rescousse

Pour tous, le chantier n’aurait pas pu se faire sans le terra trac, « on ne serait pas passé », atteste l’éleveur d’un hochement de tête. Les chauffeurs de l‘ETA Agrimouvander ont vu la différence avec leur propre Jaguar 980 munie de pneus. « Les roues en 900, ça ne le fait pas, indique Florian Crucerey, tandis qu’avec les chenilles, on a réussi à passer quand même, sans trop matraquer le sol et ramasser le maïs ». De là, un débit de chantier plus intéressant, selon le chauffeur, « avec les chenilles, on augmente le débit de chantier, on diminue en consommation, tout s’ensuit ». Omer Vanderploeg, patron de l’ETA, apprécie particulièrement le nouveau bec Orbis qu’il a déjà acheté pour cette année, « il est supérieur aux autres, on travaille bien à plat, ça bloque moins dans le couché, c’est mieux alimenté ». Il n’est pas certain d’être prêt à investir dans les chenilles, « il faut pouvoir répercuter le coût supplémentaire à la fin, constate-t-il, chez nous on a encore beaucoup de petites parcelles et des chemins étroits. Les conditions météo d’aujourd’hui sont exceptionnelles, mais, sourit-il, si ça continue comme ça, pourquoi pas ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité