Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ferme en Fête
La jeune garde des Prim’Holsteins sera à la fête

Manuel Graindorge assure la relève pour les amoureux de la Prim’Holstein. Le futur installé sera l’un des ambassadeurs de la race, à Ferme en Fête. Le jeune agriculteur dispose d’un troupeau jeune, orienté sur la vente de génisses en lait et de reproducteurs.

© VM

Quand il a choisi son métier, Manuel Graindorge n’a pas tergiversé. “J’ai toujours habité à 50 mètres de la ferme de mon oncle et de ma tante. Dès que j’avais du temps de libre, j’y venais. Savoir ce que je ferai plus tard n’a jamais été une question pour moi”, explique le jeune éleveur. Salarié depuis 3 ans sur la ferme, il reprendra cette ferme familiale dans 18 mois environ. L’exploitation compte 45 vaches laitières pour un quota de 410 000 litres de lait.

Ewan-red : un taureau au catalogue de Dynamis
Dans 18 mois, il reprendra ce cheptel Prim’Holstein. Un travail génétique débuté en 1980 avec l’achat des deux premières noires. “La génétique s’est un peu intensifiée au début des années 2000, lorsque nous avons débuté les concours”. L’achat de 3 génisses à fort potentiel génétique confirme cette volonté. L’exploitation est d’ailleurs connue grâce à Ewan-red. Ce taureau figure dans le catalogue Dynamis.

Vente de vaches en lait
“Je vais continuer à travailler ces souches. Nous en avons une pour les index, avec elle nous sortons les mères à taureaux. Pour le plaisir, nous avons également une souche « morpho ». C’est la souche de nos vaches de concours”, précise Manuel Graindorge. Cette génétique n’est pas valorisée qu’à travers la vente de reproducteurs. Eleveur dans l’âme, Manuel poursuivra l’œuvre de son oncle et de sa tante. L’exploitation vend, en effet, environ 25 vaches en lait par an. “Nous gardons toutes nos femelles et nous achetons des génisses d’un an au maximum. Cette année, nous en avons acquis une vingtaine. Nous avons le débouché, ça se vend bien en ce moment. Pour nous, il s’agit d’un atelier supplémentaire comme d’autres font des taurillons. Une fois les vaches vêlées, nous les vendons”. Cette activité permet au troupeau d’afficher une faible moyenne d’âge. Le cheptel compte ainsi 60 % de premières lactations. 

3 vaches à ferme en fête
Une partie de ce travail passionné sera visible lors de ferme en fête. Manuel Graindorge y emmènera trois vaches : Apogée (Lonard-Gaiac), une vache en 5e lactation ; Euripe (Shuttle-Mister Manath), une vache en 3e lactation et Espinette (Ulyke-Roucki), une vache en deuxième lactation. Rendez-vous dimanche 6 octobre, de 12 h à 16 h pour le concours départemental de la race Prim’Holstein.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité