Aller au contenu principal

Grippe aviaire : après la découverte de 2 cas en Allemagne
La Manche passe en risque "modéré"

Jeudi matin, des dizaines de communes du département sont passées, suivant les explications de la DSV, "en zone de risque modéré". Une mesure nationale qui concerne tous les périmètres "humides" et ici, notamment la Baie du Mt St Michel et les marais du Cotentin.

Les accès aux abreuvoirs extérieurs sont protégés des
oiseaux sauvages par des filets.
Les accès aux abreuvoirs extérieurs sont protégés des
oiseaux sauvages par des filets.
© Pascal Le Douarin
Dans un bref entretien téléphonique, M. Macqueron, directeur des services vétérinaires de la Manche, souligne qu'il ne s'agit que d'une mesure de précaution prise au niveau national. "Nous appliquons le plan décidé voici un an. Le virus de l'influenza aviaire a été détecté sur deux cygnes en Allemagne, nous passons donc d'un niveau de risque "négligeable" à "modéré". Concrètement, depuis jeudi matin, ce passage à un niveau supérieur de risque induit la mise en place de dispositions complémentaires dans les zones écologiques françaises dites "zones humides", dont font partie plus de 200 communes manchoises. On retrouve dans ce dispositif des mesures qu'ont déjà connues les éleveurs et les particuliers

- les oiseaux doivent être confinés ou protégés par des filets, ou par des mesures de biosécurité alternatives. Pour les éleveurs de plus de 100 volailles ne pouvant pas assurer le confinement de leurs oiseaux ou les protéger par des filets, les mesures de biosécurité du guide des bonnes pratiques s'imposent et une visite vétérinaire mensuelle à leurs frais est obligatoire.

- Par ailleurs les rassemblements d'oiseaux et les compétitions de pigeons, au départ ou survolant ces zones, sont interdits. - les oiseaux détenus dans ces zones ne peuvent participer à des rassemblements organisés sur le reste du territoire.

- les parcs zoologiques et les détenteurs d'oiseaux d'agrément peuvent déroger au confinement dès lors qu'ils mettent en oeuvre la vaccination et les mesures de biosécurité prévues.

Enfin, la surveillance de la mortalité des anatidés sauvages (oies, canards) est renforcée. La découverte d'un unique cadavre de ces espèces ou d'un seul cygne doit entraîner une information auprès de la DDSV et la collecte du cadavre ainsi que son autopsie au laboratoire départemental d'analyses de la Manche. Rappelons qu'aucun cas n'a été encore répertorié en France pour le moment, il ne s'agit que de mesures de précautions indispensables
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité