Aller au contenu principal

energie renouvelable
La méthanisation : l’atelier de production qui a permis d’installer Jérôme Roelens

La famille Roelens, à Campigny, est très sensible aux questions relatives à la préservation de l’environnement. Mais à condition de l’intégrer dans une démarche économiquement viable.

A Campigny, le village n’est pas (encore) connu pour la méthanisation mais plutôt pour la mise en place d’un parc éolien qui soulève bien des passions. Entre le vent de la colère et le vent de l’innovation, les avis sont souvent tranchés. C’est à quelques encablures de ce projet en cours de réalisation que le Gaec de la Licorne constitué de Béatrice, Jean-Marc, Alexandre, Jérôme et (bientôt) Maxime Roelens évolue... “Cette proximité avec l’implantation de ce parc éolien ne peut nous laisser insensibles...” reconnait Jean-Marc Roelens. Ecartant tout à priori sur le sujet,  l’agriculteur de Campigny se veut pragmatique. “Nous nous sommes toujours intéressés aux énergies renouvelables. Par  exemple, en 2002, nous avons installé un chauffage en géothermie dans un gîte de groupe que nous avons. Pour autant, nous ne pouvons imaginer une approche environnementale sans sa  dimension économique. Et l’unité de méthanisation que Jérôme, mon fils, a conduit à l’heure de son installation, doit justement répondre à cette exigence.”


Un projet d’installation à la clé

Constitué autour d’une exploitation de polyculture-élevage (avec un atelier lait de 600 000 l de quota et de 220 ha dont 70 ha en herbe...), le Gaec de la Licorne compte aujourd’hui quatre actionnaires dont le dernier arrivé, Jérôme. “En fait, je cherchais une exploitation pour m’installer mais en vain...” explique l’intéressé. Pendant cette période - en 2007 - un article de la presse professionnelle agricole attire son attention : il s’agit de la mise en place d’une petite installation de méthanisation (30 Kw) dans une exploitation des Ardennes. Le sujet lui plaît et il se déplace pour discuter avec les agriculteurs concernés. L’idée fait son chemin. Il prend contact avec la société allemande qui a réalisé l’implantation, AgriKomp. Une étude de faisabilité est engagée et le projet finalisé. Cette unité de méthanisation repose sur une capacité de 110 kW et produira, en cogénération, électricité et chaleur.


La vente de l’électricité s’appuie sur un contrat de 15 ans et l’agriculteur a la maîtrise totale de la filière, de la production et de la commercialisation.  Concernant le coût du projet,  l’enveloppe financière nécessaire est de 827 000 €. Il est financé, au total, à hauteur de 40 %  : MAAP 200 000 €), Feder (101 078 €),  Conseil général de l’Eure (30 000 €).


(suite de cet article et d'autres photos


dans l'édition papier


de l'Eure Agricole


en date du 20/01/11


page 4)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité