Aller au contenu principal

energie renouvelable
La méthanisation : l’atelier de production qui a permis d’installer Jérôme Roelens

La famille Roelens, à Campigny, est très sensible aux questions relatives à la préservation de l’environnement. Mais à condition de l’intégrer dans une démarche économiquement viable.

A Campigny, le village n’est pas (encore) connu pour la méthanisation mais plutôt pour la mise en place d’un parc éolien qui soulève bien des passions. Entre le vent de la colère et le vent de l’innovation, les avis sont souvent tranchés. C’est à quelques encablures de ce projet en cours de réalisation que le Gaec de la Licorne constitué de Béatrice, Jean-Marc, Alexandre, Jérôme et (bientôt) Maxime Roelens évolue... “Cette proximité avec l’implantation de ce parc éolien ne peut nous laisser insensibles...” reconnait Jean-Marc Roelens. Ecartant tout à priori sur le sujet,  l’agriculteur de Campigny se veut pragmatique. “Nous nous sommes toujours intéressés aux énergies renouvelables. Par  exemple, en 2002, nous avons installé un chauffage en géothermie dans un gîte de groupe que nous avons. Pour autant, nous ne pouvons imaginer une approche environnementale sans sa  dimension économique. Et l’unité de méthanisation que Jérôme, mon fils, a conduit à l’heure de son installation, doit justement répondre à cette exigence.”


Un projet d’installation à la clé

Constitué autour d’une exploitation de polyculture-élevage (avec un atelier lait de 600 000 l de quota et de 220 ha dont 70 ha en herbe...), le Gaec de la Licorne compte aujourd’hui quatre actionnaires dont le dernier arrivé, Jérôme. “En fait, je cherchais une exploitation pour m’installer mais en vain...” explique l’intéressé. Pendant cette période - en 2007 - un article de la presse professionnelle agricole attire son attention : il s’agit de la mise en place d’une petite installation de méthanisation (30 Kw) dans une exploitation des Ardennes. Le sujet lui plaît et il se déplace pour discuter avec les agriculteurs concernés. L’idée fait son chemin. Il prend contact avec la société allemande qui a réalisé l’implantation, AgriKomp. Une étude de faisabilité est engagée et le projet finalisé. Cette unité de méthanisation repose sur une capacité de 110 kW et produira, en cogénération, électricité et chaleur.


La vente de l’électricité s’appuie sur un contrat de 15 ans et l’agriculteur a la maîtrise totale de la filière, de la production et de la commercialisation.  Concernant le coût du projet,  l’enveloppe financière nécessaire est de 827 000 €. Il est financé, au total, à hauteur de 40 %  : MAAP 200 000 €), Feder (101 078 €),  Conseil général de l’Eure (30 000 €).


(suite de cet article et d'autres photos


dans l'édition papier


de l'Eure Agricole


en date du 20/01/11


page 4)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité