Aller au contenu principal

La Montbéliarde : au-delà de la mixité

Dans les années 80, Philippe Allain cherchait une race plus mixte. Il a tenté la montbéliarde. La race s’est ensuite installée durablement dans l’exploitation. En Normandie, les effectifs de montbéliarde progressent.

© VM

Dans les 5 départements, les effectifs de Montbéliarde progressent. Souvent présente dans des troupeaux mixtes, quelques éleveurs ont tout misé sur elle. C’est le cas du GAEC de la Minotière, à la Graverie (Calvados). La race s’affiche fièrement sur un panneau à l’entrée de l’exploitation. La vache y a trouvé sa place en 1983.   cette époque, Annick et Philippe Allain élèvent des Normandes. Ils achètent alors deux génisses amouillantes et deux génisses d’élevage. Cette nouvelle orientation est liée à un contact. “La rencontre avec Gilbert et Blanche Leconte fut humainement et  professionnellement déterminante dans mes choix”, précise Philippe Allain. Ses enfants s’inscrivent dans la même démarche. Stéphane, l’aîné, a repris une ferme avec 30 Prim’Holsteins en 2001. Il a regroupé son cheptel avec celui de ses parents et a tout “montbéliardisé”. Désormais, le GAEC compte quatre associés : Philippe et Annick, les parents et Stéphane et Anthony, les enfants.

Plus de temps avec des vêlages faciles
Le troupeau compte aujourd’hui 135 vaches laitières. La qualité de la race s’est confirmée au fil du temps. “Sur les fermes, le temps est de plus en plus compté. Les vêlages faciles nous permettent d’en gagner. Les génisses vêlent à trois ans sans problème”, explique Stéphane Allain.
L’exploitation mise aussi sur le caractère mixte de la race. Depuis 18 mois, l’élevage a arrêté les taurillons. “Les veaux mâles sont suffisamment bien vendus à 15 jours. La Montbéliarde s’habitue bien aux ateliers de veaux gras”, estiment les éleveurs. Depuis 18 mois, les veaux mâles sont donc élevés au lait entier, et vendus à 15 jours sur le marché de Gavray. Leur prix y atteint, en moyenne, 180 €.

Du lait et des taux
Côté lait, les vaches produisent 8000 kg de lait standard. Points forts, les taux atteignent 33,6 de TP et 40,5 de TB.
“L’hiver, nous sommes en ration 100 % maïs. L’été, les vaches ne pâturent que la nuit. La race s’adapte facilement”. Les éleveurs mettent également en avant la longévité de leurs animaux. “Elles vieillissent bien. Nous avons beaucoup de bêtes de 8 ans”. Dernier argument : les cellules. “Nous ne dépassons pas 170 000 cellules pour 135 vaches en aire paillée”. Les chiffres semblent prouver que ce raisonnement fait des émules. Le Calvados compte ainsi 1180 Montbéliardes (+ 2,2 % en un an), l’Eure 147 (+ 22,5 %), la Manche (1544 (+ 14,5 %), l’Orne 832 (+ 7,3 %) et la Seine-Maritime 1216 (+ 10,6 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité