Aller au contenu principal

Prix du lait
La négociation capote

Nouvel échec, mardi soir, à l’issue du rendez-vous que s’étaient fixés la FNPL (Fédération Nationale des Producteurs de Lait), les transformateurs privés (FNIL) et coopératifs (FNCL) sur fond de prix du lait

“Même si chacun a souhaité trouver des solutions, les écarts étaient encore trop importants, déplore Régis Chevallier, vice-président de la FNPL et producteur de lait dans l’Orne. Nous avons donc fait le constat d’un désaccord”.
“Même si chacun a souhaité trouver des solutions, les écarts étaient encore trop importants, déplore Régis Chevallier, vice-président de la FNPL et producteur de lait dans l’Orne. Nous avons donc fait le constat d’un désaccord”.
© TG

Pas d’accord, mardi soir vers 20 h 30, à la sortie du second tour de table (un premier rendez-vous s’était tenu le 31 octobre) réunissant FNPL (Fédération Nationale des Producteurs de Lait), transformateurs privés (FNIL) et coopératifs (FNCL) sur fond de crise laitière.

Des écarts trop importants
“Même si chacun a souhaité trouver des solutions, les écarts étaient encore trop importants, déplore Régis Chevallier, vice-président de la FNPL et producteur de lait dans l’Orne. Nous avons donc fait le constat d’un désaccord”. La FNPL n’avait d’ailleurs pas fait de nouvelles propositions constatant que les bases des indicateurs ATLA ne correspondaient pas à la réalité du marché. Les industriels laitiers et coopératifs devront donc revoir leur copie en tenant compte de cet écueil.
Pendant ce temps, les derniers rassemblements devant les laiteries étaient levés. Des manifestants fatigués (un producteur victime d’un malaise a du être hospitalisé mardi soir à Vire) mais déterminés à poursuivre leur combat qu’ils jugent “largement légitime notamment face à l’envolée des charges”. La FNPL, quant à elle, organise la riposte (voir encadré)
Th. Guillemot

La riposte de la FNPL
• Face à cette situation de crise, la FNPL organise la riposte en 4 points.
- les entreprises doivent afficher le prix qu’elles comptent appliquer sur les livraisons d’octobre et donc la FNPL demande aux producteurs, dès demain, de leur demander des comptes,
- la FNPL demande aux éleveurs de se joindre massivement à l’action nationale FNSEA/JA prévue le 7 novembre pour défendre le revenu,
- la FNPL demande aux fédérations de prévoir les 12 et 13 novembre prochains des actions de désorganisations commerciales (plate-formes logistiques et GMS),
- dans l’hypothèse où les entreprises persisteraient dans leurs positions, la FNPL organisera une opération de contre-facturation des éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Une première au Salon pour Corentin Angot
Diplômé ingénieur agronome, Corentin Angot se plaît à travailler sur la ferme paternelle à Gouffern-en-Auge, dans l'Orne en…
Publicité