Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La Normandie : 1re région linière d’Europe

En 2014, avec près de 42 400 hectares de lin semé, La Haute et la Basse-Normandie représentent à elles seules 70 % de la production nationale et 50 % de la production européenne.

10 entreprises y transforment le lin et permettent ainsi l'innovation au sein de la filière : Terre de Lin (76 et 27), le Groupe Depestele (76 et 14), le Teillage Bellet, AgyLin et le Vert Galant en Seine-Maritime, le Teillage Lamerant, la linière Saint-Martin, et la coopérative de Teillage du Lin du Neubourg (CTLN) dans l'Eure et les coopératives linières du Nord de Caen et de Cagny dans le Calvados. Parmi elles, la CTLN et Terre de lin sont certifiées pour la production de fibres “bio”.

Du champ au smartphone : la filière lin normande innove

Aujourd'hui, le Lin Normand est valorisé après transformation par 5 principaux acteurs industriels : Dehondt, Linéo, au capital duquel CapSeine est entré courant 2015 à hauteur de 75 %,  Ecotechnilin, Terre de Lin, qui a repris l’activité de la start-up bourguigonne Biorenforts, et le groupe Depestele. A eux 5, ils proposent une gamme de produits à base de lin appelés renforts, servant à l'obtention d'agro-composites pour de nombreux secteurs tels que l'automobile, le sport et loisirs, les matériaux de construction, etc. Depuis 20 ans déjà, ils sont à l’origine de nombreux produits commercialisés et prototypes, tels que les membranes "F" pour enceintes de la marque Focal (2013), les raquettes de tennis Artengo commercialisées par Décathlon (2006), le chariot de service SmartCart pour l'aéronautique en FibriRock récompensé au JEC Europe (2015), le radôme de radar commercialisé par BMP (2014) ou encore la coque de smartphone réalisée en Twinflax P-Preg, agro-composite récompensé par l'Agrobiobase Award (2013).

Nov&Atech, un outil initié par les Chambres d'agriculture pour valoriser les productions normandes

Les Chambres d’agriculture de Normandie et des acteurs de la profession agricole régionale, ont créé le réseau Nov&atech en 2009 pour porter les ambitions de l’agriculture auprès des filières industrielles régionales que sont l’automobile, l’aéronautique, la plasturgie, l’énergie ou la cosmétique. L’association se positionne ainsi à l’interface entre producteurs, industriels et chercheurs dans le domaine des agromatériaux, des bioénergies et de la chimie du végétale. Sur le lin, Nov&atech met toutes ses compétences à profit pour faire émerger une filière lin technique normand. Plus généralement, des collaborations avec les filières (organisation de journées thématiques, participation commune à des salons, structuration d’actions mutualisées ou de projets collaboratifs) et la signature de conventions de partenariat (PlastAlliance et Energie Haute-Normandie) facilitent le dialogue autour d’axes communs de travail. Nov&atech propose ainsi Innov’Mat aux TPE et PME normandes. Ce dispositif vise à leur faciliter l’accès à un réseau de fournisseurs et d’experts et à les accompagner vers l'industrialisation et la commercialisation d'agromatériaux “made in Normandie”.

Une nouvelle “corde” à l’arc normand : le chanvre

Si la production linière est la production emblématique, la Normandie est également productrice de chanvre depuis les années 70. Après la cessation des contrats de valorisation auprès des papeteries Mauduit (72) en 2005, les Chambres d’agriculture ont œuvré pour pérenniser la production en Normandie et faciliter la mise en place d’outils de transformation locaux. Le chanvre normand est désormais défibré dans la Manche (Agrochanvre - depuis 2009) et dans l’Eure (Coopérative de Teillage de lin du Neubourg - depuis 2012). Un atelier de trituration de graine de lin et de chanvre dans l’Eure permet par ailleurs de produire des huiles pour des valorisations alimentaires et industriels (peintures, produit de protection des ruches ou marquage de terrain de football…).

Séminaire RMT biomasse 2015 : agriculture, recherche et industrie se donne rendez-vous en Normandie

Le réseau Mixte technologique Biomasse, a tenu son séminaire 2015 à Bois Guillaume (76) les 24 et 25 novembre. L’occasion pour 25 participants (Chambres d’agriculture*, Coop de France, Agrotransfert, Arvalis, Coop de France, FranceAgrimer, Nov&atech, Esitpa, Ministère de l’agriculture…) de mieux connaître la filière lin et ses nouveaux développements. Les interventions de Fibre Recherche Développement, du Pôle Industrie et Agro-ressources, Naturplast, Ecotechnilin, Terre de Lin et FranceAgrimer, ont permis d’enrichir les débats sur la thématique : “La filière matériaux biosourcés : à la recherche du bon créneau et de la bonne valeur ajoutée”. Elles ont mis en avant le potentiel de développement de ces nouvelles filières et les travaux de structuration engagés, notamment pour mieux qualifier les matières premières biosourcés et apporter des garanties (disponibilité, prix, qualité) aux acteurs aval des filières. Des clients qui recherchent, au travers d’un approvisionnement en biomasse à diversifier leur approvisionnement, trouver de nouvelles fonctionnalités (ex : légèreté, flexibilité), réduire leur impact environnemental et sanitaire, et se différencier commercialement.*Les Chambres de Normandie sont membres fondateurs du RMT biomasse et y animent un groupe de travail sur l'émergence des filières. Plus d’info sur www.rmtbiomasse.org

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité