Aller au contenu principal
Font Size

La Normandie s’étend sur 500 m2

La Normandie prend ses aises au 54e Salon international de l’agriculture. Entre le 25 février et le 5 mars, agriculteurs, producteurs, chefs cuisiniers et acteurs de l’agriculture normande seront au rendez-vous pour démontrer l’excellence normande.

© SB

Depuis quelques années, les départements normands travaillaient ensemble pour afficher une image collective au Salon international de l’agriculture. La Chambre d’agriculture de Normandie avec le concours de Irqua Normandie oeuvrait dans ce sens jusqu’à se présenter sous la bannière Normandie. Cette année, l’état d’esprit est d’autant plus renforcé que la Normandie réunifiée est devenue une réalité depuis 14 ans. La Région a donc appuyé sa participation financière pour que l’espace soit à la fois plus important, passant ainsi de 375 à 500 m2, et que les départements normands soient fédérés autour de thématiques. Ainsi ce sont les produits, la gastronomie et les territoires qui se trouvent valorisés.

La Normandie fait maison
Sur ces neuf jours, les animations seront nombreuses mêlant découvertes, expériences, dégustations, pédagogie et interactivité. Cela se traduira dans différents espaces. A commencer par l’invitation au voyage pour découvrir les atouts de la région, un petit air anglais avec la participation de Jersey. Sur la place du village, le bar à cidre et le bar à fromages laisseront une grande part à la découverte des produits locaux où les produits AOC/AOP seront à déguster. Les coquillages ne sont pas oubliés avec des dégustations d’huîtres, bulots, coquilles Saint-Jacques, praires… A quelques pas, l’ensemble de ces produits sera mis en scène grâce à 70 chefs. Ils réaliseront aussi bien des recettes à quatre mains que des battles, déclinant ainsi « les meilleurs produits de Normandie ».

Un espace pour les départements
Même si la Normandie se trouve sous la même bannière, les départements continuent d’exister selon leur particularité. La fabrique des saveurs seino-marine, le comptoir de la Manche et l’atelier eurois accueilleront leurs producteurs fermiers, artisans, entreprises agroalimentaires et filières. A la table de l’Orne, on retrouvera le couple Le Goff qui servira des repas à base de produits ornais. Et tout au long de la journée, des dégustations sont programmées, du petit déjeuner au goûter. « Nul doute que les visiteurs quitteront à regret la place du village normand où ils seront installés » concluent Daniel Génissel, président de la Chambre d’agriculture de Normandie et Sébastien Windsor, président de Irqua Normandie.

Producteurs et éleveurs : à chacun leur concours
87 éleveurs normands et 169 animaux seront présents : 75 bovins, 10 équins, 60 ovins, 15 porcins, 6 caprins et 3 ânes issus d'élevage de Normandie. Les éleveurs du Calvados présenteront 26 animaux, ceux de l'Eure 27, de la Manche 54, de l'Orne 41 et de Seine-Maritime 21.
440 produits de 165 producteurs normands seront en compétition dont 39 producteurs du Calvados, 17de l'Eure, 47 de la Manche, 15 de l'Orne et 19 de Seine-Maritime présenteront leurs  produits aux jurys.

Où trouver les Normands
Dans le hall 1, les bovins, la race normande, les AOP laitières, le porc de Bayeux et les ovins y seront. Les Cobs, percherons et ânes de Normandie seront dans le hall 6. Et les départements normands seront regroupés dans le hall 3 au travers de la place du village, le bar des fromages, du cidre, le piano des chefs, les producteurs, Gourmandie, Bienvenue à la ferme, le tourisme…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité