Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La paperasse ça se (di)gère ! 4 astuces pour ne pas se laisser déborder

En ce début d’année, il est temps de prendre de bonnes résolutions. Anticiper et organiser son travail administratif est essentiel pour réduire son stress. Voici 4 astuces à adopter pour commencer cette nouvelle année avec plus de sérénité.

© CAN

Aménager un bureau
Disposer d’un bureau agréable est un élément important de motivation. Pour appréhender le travail administratif positivement, il faut travailler dans de bonnes conditions et se sentir bien dans son bureau. Cela passe par du mobilier adapté, de l’espace, un éclairage suffisant et du chauffage. Le choix du matériel et du mobilier doit tenir compte de l’ergonomie, de sa fonctionnalité et de son entretien. Les bureaux d’exploitation ont souvent d’autres fonctions : vestiaire, lieu d’accueil du public, salle de pause ou kitchenette au point parfois que sa vocation première est oubliée. Il est nécessaire de préserver la fonction administrative de son bureau. La nouvelle année est l’occasion de se réapproprier les lieux, redéfinir les espaces de travail et d’archivage. Les soldes permettront de pouvoir s’équiper de nouveaux matériels et placards à petits prix mais également de refaire le plein de dossiers cartonnés, chemises et étiquettes pour classer, ordonner et ranger les documents.

Bien organiser les documents
Les règles de travail sont importantes pour éviter d’accumuler les papiers. Certaines tâches sont à planifier et à réaliser à fréquences régulières. Cela paraît simple et évident et pourtant c’est bien la première étape pour ne pas se laisser submerger par la paperasse. Concentré sur son métier et sur les ateliers de production, le risque de perdre pied par l’amoncellement de documents, de papiers et de courriers reçus est grand. Le temps perdu ensuite à rechercher les bonnes pièces, les bons justificatifs, les éléments pour remplir les déclarations sociales, etc... est autant de temps qui n’est pas consacré à son activité. Un bon classement des pièces fait économiser du temps pour gérer les tâches administratives.

Anticiper les déclarations et planifier un agenda
C’est l’autre grand problème rencontré sur les exploitations agricoles : trouver le temps pour faire le travail administratif. Laisser les choses traîner jusqu’au dernier moment et gérer dans l’urgence est la pire chose à faire.
Cela fait perdre en efficacité surtout entraîne des erreurs dont les conséquences peuvent être dramatiques pour l’exploitation. Pour aider les agriculteurs dans leur organisation, les Chambres d’agriculture de Normandie publient un calendrier réglementaire qui répertorie les dates des déclarations PAC, des obligations environnementales, des déclarations sociales et rappelle les formalités importantes à ne pas oublier.
Cela permet aux agriculteurs de se réassurer en identifiant en amont les périodes sensibles pour anticiper plus facilement les échéances. 
Ce document est disponible en format cartonné sous-main (sur simple demande auprès du référent Organisation du travail de chaque Chambre d’agriculture), en consultation sur le site internet des Chambres, rubrique Emploi Formation, Mieux vivre son métier. Vous pourrez également l’importer sur votre agenda électronique personnel pour recevoir les alertes directement sur votre portable ou dans votre boîte mail. Pour cela, rendez-vous sur les sites des Chambres d’agriculture de Normandie !


Déléguer ou embaucher en temps partagé
Le dernier conseil pour les réfractaires à la paperasse est d’embaucher une secrétaire à temps partiel. Cela permet de se libérer d’une partie du travail administratif et de se délester du stress associé à cette tâche.
Toutefois, il faut veiller à rester pleinement maître du pilotage stratégique de l’exploitation en communiquant avec cette assistante et en assurant un management efficace.

Vos idées
Vous avez d’autres astuces ou vous avez créé un truc qui permet
d’optimiser votre travail administratif, proposez votre idée au concours Trucs et Astuces d’éleveurs de Normandie.
Vous remporterez peut être un voyage et des journées de remplacement (d’une valeur de 2 000 €).
Contact : celine.marochin@normandie.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité