Aller au contenu principal
Font Size

Parole d'installé
La pomme, un fruit méconnu à découvrir

Hugues Huché cultive, sur 7 hectares de verger à Boisney, 22 variétés de pommes et 2 variétés de poires. De quoi sérieusement s’occuper !

 

La pomme est un fruit emblématique en Normandie. Et pour autant, nous sommes bien loin de connaître tous ses secrets. Quotidiennement, Hugues Huché, installé à Boisney depuis 5 ans, fait découvrir aux consommateurs toute la diversité de ce fruit dans son magasin.

Fils de céréalier, rien ne destinait particulièrement Hugues a prendre la tête du “Verger de Boisney”. Lorsqu’il apprend que l’exploitation cherche un repreneur, Hugues Huché décide de relever le défi. “Si je voulais m’installer sur l’exploitation familiale, je devais attendre encore plusieurs années le départ à la retraite de mon père. C’était une réelle opportunité pour m’installer à mon compte rapidement !

Le plus difficile au début, se souvient le jeune chef d’entreprise, c’est que l’on a du mal à se faire une idée de là où l’on se dirige. Aujourd’hui, avec le recul, je n’ai aucun regret” conclut Hugues.

Une fois la décision prise, Hugues enchaine les démarches nécessaires à son installation dans le cadre des aides nationales jeune agriculteur. Il faut dire que le timing est serré. Le cédant souhaite partir rapidement à la retraite. L’installation se fait en septembre 2003 et Hugues achève son stage 6 mois le 30 août ! Au passage, le stage 6 mois est l’occasion pour le jeune homme d’acquérir des connaissances indispensables en arboriculture. “Mon cédant est resté les premiers mois à mes côtés et m’a transmis son savoir-faire. Heureusement parce que je me suis installé en pleine récolte !”

22 variétés de pommes

Mais, très vite, Hugues se retrou-ve seul à la tête de 7 hectares de verger. “Je cultive 22 variétés de pommes, 2 de poires. Le verger compte environ 14 000 arbres qui produisent, selon les années, autour de 150 tonnes de fruits. Les arbres les plus anciens ont 20 ans et les plus jeunes ont été plantés il y a 2 ans. Pour conserver une partie de ma production, j’ai une chambre froide de 800 m3” énumère Hugues. Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes !

Et le plus impressionnant réside peut-être dans le volume de production écoulé en vente directe : 60 %. Pour cela, Hugues tient un magasin situé sur la route nationale 13, à Boisney, juste devant son verger. Le magasin est ouvert tous les jours, sauf le dimanche. On peut y acheter des pommes en sac de 5 et 10 kg ainsi que des produits locaux. Le vendredi et le samedi, Hugues est présent sur le parking du Gamme Vert d’Elbeuf. De quoi être en contact direct avec le client !

Et c’est au travers de ces relations quotidiennes avec le consommateur que Hugues constate que la pomme est un fruit méconnu.

 

La Golden vite oubliée

“Beaucoup de personnes prétendent aimer la Golden. Mais dès que je leur fait goûter d’autres variétés comme la Cox, ils oublient la Golden !” raconte, amusé, Hugues Huché. “La plupart des variétés sont en réalité peu connues. Et on consomme la Golden par habitude et simplicité.

Un jour, j’ai préparé un assortiment de différentes pommes pour une institutrice se souvient Hugues. Elle a fait goûter à ses élèves, en aveugle, les différentes pommes. Et bien, la plupart des enfants ont apprécié les fruits les plus acidulés-sucrés !”

“Mais je rencontre aussi des clients à qui je conseille une variété en fonction de leurs goûts et qui en préféreront une autre... simplement par ce que les pommes sont plus rouges !” constate l’arboriculteur avec un peu de dépit.

“C’est un peu frustrant...”

“C’est comme lorsqu’une personne réclame une variété hors saison. Je n’arrive pas toujours à lui faire comprendre que toutes les pommes ne se conservent pas ! Les gens ont tellement l’habitude de trouver presque tous les fruits à n’importe quelle saison en grande surface... Et pourtant, j’essaie de satisfaire les clients autant que possible. D’un point de vue pratique, j’ai décidé de produire deux variétés anciennes supplémentaires : la Bénédictin et la Bayolle pour étaler les périodes de récoltes (du 20 août au 30 octobre) et ventes."

“D’une manière générale, remarque Hugues Huché, toutes les variétés ont leur succès. Ma clientèle est assez variée : jeunes et plus vieux, habitués et gens de passage poussent la porte. J’ai même des clients qui sont de gros consommateurs. Ils viennent chercher 20 kilos tous les 15 jours !"

Mais la vente directe n’est pas le seul débouché du “Verger de Boisney”. Hugues a développé la vente de sa production auprès de 3 grandes surfaces entre Evreux et Bernay. “Même si c’est plus facile de travailler avec elles qu’avec des grandes centrales d’achat, ce n’est pas toujours évident. Je vends ainsi uniquement deux variétés (Boscop et Cox). Mais elles représentent 50 % de ma production” souligne le jeune homme.

A l’entendre évoquer avec passion son travail si prenant, on pourrait penser Hugues Huché débordé. Mais l’arboriculteur ne s’arrête jamais de faire découvrir la pomme. On pourra ainsi le rencontrer à la fête de la pomme, du cidre et du fromage le 2 novembre à Evreux. Un rendez-vous à ne pas manquer pour découvrir de nouvelles saveurs...

 

 

 

Contact : Hugues Huché

magasin situé 13 route nationale 13

27800 Boisney,

tél : 02 32 46 23 10

 

Retrouvez toute l'actualité des JA

dans l'édition papier de l'Eure Agricole

du 30/10/08

page 17 à 20 !

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité