Aller au contenu principal

Latitude GPS
La précision centimétrique au service de toutes les agricultures

Pour le polyculteur du Pays de Caux (76) ou le maraîcher du Val de Saire (50), l’agriculture de précision ouvre de nouvelles perspectives avec un double enjeu : économique et environnemental. Pour y répondre, la société Latitude GPS créée en 1998 par deux agriculteurs normands (Emmanuel et Vincent Vauquelin) apporte des solutions techniques adaptées et évolutives.

LATITUDE GPS
Antoine Bataille (commercial Latitude GPS) : « avec toute la technologie que nous proposons, nous ne sommes pas loin du tracteur autonome».
© DR

« Grâce au GPS, pour les produits phytosanitaires, je fais des économies de l’ordre de 2 à 3% par an. Pour les semences, les économies sont de l’ordre de 5%. Sur mon exploitation, j’ai beaucoup de parcelles un peu compliquées, avec des faux tours. Avec le guidage, pas de croisement, pas de surdosage, une meilleure répartition, donc moins de carburant dépensé et un gain de temps, ce qui n’est pas négligeable car mon parcellaire est morcelé. Les économies attendues sont là. Cet équipement acheté 6000 euros a été rentabilisé au bout de 4 ans sans problème ». Ainsi s’exprime Alexandre Jourdain, polyculteur éleveur installé à Pleine Sève (Pays de Caux-76). Il s’est équipé il y a 6 ans.
« Je n’avais pas de tracteur adapté à l’autoguidage. Il a donc fallu installer un volant électrique, une console et une antenne sur le tracteur dédié au semis et aux traitements ». Ce volant peut être démonté et basculer en 10 minutes sur un autre véhicule si nécessaire.
« Sur un tracteur adapté pour l’autoguidage, il suffit d’installer une console, un écran de guidage Trimble et une antenne. La tablette est évolutive et adaptable à chaque véhicule », explique Antoine Bouttier, technico-commercial chez Latitude GPS. « Aujourd’hui, la demande est croissante et nous proposons des nouveaux produits en fonction des besoins des agriculteurs.  Cela va du repère tout simple dans le champ, à l’autoguidage complet, avec une précision de 2 cm répétable d’une année à l’autre. Chacun peut trouver sa solution et la faire évoluer en fonction de son budget et de ses projets. S’il y a 5 ans, nous installions l’autoguidage sur de grosses structures de 500-600 hectares, aujourd’hui toutes les exploitations s’équipent car cette technologie fait baisser les coûts de production des agriculteurs ».
Alexandre Jourdain va équiper un second tracteur qui sera exclusivement dédié au semis et au travail du sol. « Nous avons de plus en plus de contraintes environnementales. Cet outil m’aide vraiment à la diminution de mes intrants et m’apporte un confort de travail. Plus besoin de tourner le volant, une simple pression suffit pour démarrer le pilotage automatique ».


Je ne regarde plus derrière

" Je me suis équipé d’une machine triple pour planter des poireaux. J’avais donc besoin de précision pour rester rectiligne et prendre exactement les mêmes passages de roues pour les différentes opérations culturales. Avec le GPS, je ne regarde plus derrière ». Nicolas Godan, 100 ha de maraîchage conventionnel (poireau, jeune pousse, mache, navet, carotte...) plus 20 ha en bio (poireau, navet, chou blanc, betterave rouge...) à Montfarville (Val de Saire-50) ne regrette pas son double investissement de Trimble Autopilot.  Avec des outils plus larges, il gagne en débit de chantier tout en s’affranchissant en partie de la problématique récurrente de disponibilité de main-d’œuvre. Il gagne également en confort de travail. « A une vitesse de 600 m/h, je peux jouer du téléphone portable tout en allant tout droit sans me préoccuper de rien ».
Il gagne enfin en souplesse de travail. L’équipement est facilement et rapidement interchangeable entre la dizaine de tracteurs que comptabilise le parc matériel. La prise en main est intuitive et Nicolas Godan est plus serein quand il confie une tâche à un salarié pas forcément expérimenté. « Il faut une dizaine de minutes pour transférer l’équipement d’un tracteur à un autre et cette polyvalence permet une meilleure rentabilité», confirme Antoine Bataille, commercial Latitude GPS sur le secteur de l’ex Basse-Normandie. Mais l’autoguidage n’est que le premier boulot d’une technologie qui avance à grands pas. Adoptée au départ par le secteur de la grande culture, l’agriculture de précision va s’imposer en polyculture/élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité