Aller au contenu principal

Latitude GPS
La précision centimétrique au service de toutes les agricultures

Pour le polyculteur du Pays de Caux (76) ou le maraîcher du Val de Saire (50), l’agriculture de précision ouvre de nouvelles perspectives avec un double enjeu : économique et environnemental. Pour y répondre, la société Latitude GPS créée en 1998 par deux agriculteurs normands (Emmanuel et Vincent Vauquelin) apporte des solutions techniques adaptées et évolutives.

LATITUDE GPS
Antoine Bataille (commercial Latitude GPS) : « avec toute la technologie que nous proposons, nous ne sommes pas loin du tracteur autonome».
© DR

« Grâce au GPS, pour les produits phytosanitaires, je fais des économies de l’ordre de 2 à 3% par an. Pour les semences, les économies sont de l’ordre de 5%. Sur mon exploitation, j’ai beaucoup de parcelles un peu compliquées, avec des faux tours. Avec le guidage, pas de croisement, pas de surdosage, une meilleure répartition, donc moins de carburant dépensé et un gain de temps, ce qui n’est pas négligeable car mon parcellaire est morcelé. Les économies attendues sont là. Cet équipement acheté 6000 euros a été rentabilisé au bout de 4 ans sans problème ». Ainsi s’exprime Alexandre Jourdain, polyculteur éleveur installé à Pleine Sève (Pays de Caux-76). Il s’est équipé il y a 6 ans.
« Je n’avais pas de tracteur adapté à l’autoguidage. Il a donc fallu installer un volant électrique, une console et une antenne sur le tracteur dédié au semis et aux traitements ». Ce volant peut être démonté et basculer en 10 minutes sur un autre véhicule si nécessaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité