Aller au contenu principal

Lettre ouverte aux parlementaires et à tous les élus
La presse agricole se sent sacrifiée

La presse agricole s’inquiète pour son avenir et lance un cri d’alarme !

La diversité et la richesse de la presse française, l’avenir de la presse agricole en ce qui la concerne, doivent être préservées.
La diversité et la richesse de la presse française, l’avenir de la presse agricole en ce qui la concerne, doivent être préservées.
© TG

Deux raisons sont à l’origine de ce coup de gueule : à court terme, une augmentation disproportionnée des tarifs postaux ; à moyen terme, une réorientation discriminante des aides de l’Etat à la presse.
Concernant les tarifs postaux, il est prévu des augmentations de près de 12 % en 2014 puis d’au moins 10 % en 2015. Ces augmentations importantes et brutales résultent d’un désengagement de l’Etat. La presse agricole qui est distribuée au plus profond des campagnes subit de plein fouet ces majorations. Les solutions de portage, c’est-à-dire de distribution par des opérateurs privés, bien que privilégiées par les Pouvoirs publics, sont totalement inadaptées à notre public rural. Il ne reste donc que la Poste pour assurer la distribution de nos journaux dans les campagnes.
Par ailleurs, il relève du bon sens que l’Etat veuille réformer les aides à la presse pour en augmenter l’efficacité. Lorsque des aides à l’investissement se sont transformées au fil du temps en aide au fonctionnement, cela conforte l’intérêt d’une telle réforme. En revanche, que toute la réflexion ne s’appuie que sur des notions subjectives liées au contenu devient plus délicat. C’est une incursion dangereuse du pouvoir politique dans le travail des journaux. Demain, la presse agricole serait écartée des aides au motif qu’elle ne s’adresse qu’à une catégorie particulière de lecteurs. C’est inadmissible. C’est contraire au principe de concurrence. C’est sacrifier la majorité des titres de presse en accentuant les déséquilibres que la réforme voulait justement combattre.
Loin d’avoir été avantagée dans le système actuel des soutiens à la presse, la presse agricole n’accepte pas d’être sacrifiée au motif de critères subjectifs.
La diversité et la richesse de la presse française, l’avenir de la presse agricole en ce qui la concerne, doivent être préservées.
Jean-Luc Berthomé
Président du SNPAR Syndicat National de la Presse Agricole et Rurale
jl.berthome@terres-de-bourgogne.net

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Chasseurs et FDSEA se lient contre les corvidés
La FDSEA et la Fédération des chasseurs se sont rencontrées, mardi 7 juin 2022. Elles ont échangé sur les options pour prévenir…
Publicité