Aller au contenu principal
Font Size

Etude
La production agricole bio poursuit sa croissance en France et en Normandie

La dynamique de développement de l'agriculture biologique en France s'est encore poursuivie en 2013 mais moins fortement que les années précédentes.

La progression du nombre d'exploitations en bio (+ 4 % entre 2012 et 2013) et des surfaces certifiées bio (+ 9 % entre 2012 et 2013) confirme cependant la progression de l'agriculture biologique en France.


+ 9 % de surfaces certifiées bio en France entre 2012 et 2013

Fin 2013, la France comptait 25 467 exploitations agricoles biologiques, pour une surface engagée en bio (qui comprend les surfaces certifiées bio ainsi que les surfaces en conversion) de 1 061 568 ha, soit 3,93 % de la SAU nationale. Par ailleurs, la progression continue depuis le début de l’année 2014. Au 15 mai 2014, la France compte 26 524 exploitations bio et 1,1 million ha engagé en bio (tableau 1).En 2013, plus de la moitié des exploitations bio françaises étaient localisées dans 5 régions comptant chacune plus de 2 300 exploitations bio : Rhône-Alpes (2 825), Midi-Pyrénées (2 746), Languedoc-Roussillon (2 722), Provence-Alpes-Côte d'Azur (2 469) et Aquitaine (2 377). Suivent les Pays de la Loire (2 007 exploitations bio) et la Bretagne (1 848). En 2013, la région Midi-Pyrénées disposait de la plus grande surface engagée en bio (c’est-à-dire certifiée bio et en conversion) avec 130 935 ha, devant les Pays de la Loire (108 437 ha) et Languedoc-Roussillon (98 343 ha). La région Provence-Alpes-Côte d’Azur dispose de la plus grande part de SAU en bio (15,2 % de sa SAU en bio) devant le Languedoc-Roussillon (11,1 %), Rhône-Alpes (6,7 %) et la Corse (6 %). Les autres régions de France sont à moins de 6 % de leur SAU en bio. Concernant l’aval des filières, le nombre d'opérateurs certifiés pour la transformation, la distribution et l’importation de produits issus de l'agriculture biologique s'élevait à 12 577 établissements en 2013 (+ 3 % par rapport à 2012).

 

Légère progression des conversions bio en Normandie

Tout comme à l’échelle nationale, le développement de l’agriculture biologique se poursuit en Normandie. Fin 2013, la Normandie comptait 1 062 exploitations agricoles bio pour une surface certifiée bio et en conversion d’un peu plus de 55 000 ha.La Normandie est la 8e région française par le nombre d'exploitations conduites selon le mode de production biologique. La taille moyenne de ces exploitations est de 52 hectares. L’orientation des exploitations en agriculture biologique reste le reflet des productions traditionnelles de la Normandie : élevage bovin (lait et viande), puis céréales, maraîchage et fruits (dont pommes à cidre). Viennent ensuite quelques ateliers diversifiés : brebis (quasi exclusivement pour la viande), poules pondeuses, plantes à parfum, aromatiques et médicinales, volailles de chair, chèvres, légumes secs, porcs, apiculture, fruits à coque… (tableau 2).

 

Basse-Normandie : la bio poursuit sa croissance (graphique 1)

En 2013, la Basse-Normandie comptait 854 exploitations en agriculture biologique (+ 3 % par rapport à 2012). L'évolution des surfaces certifiées bio et en conversion suit celle des exploitations : 47 568 hectares (+ 1 % par rapport à 2012), ce qui représente 4 % de la SAU régionale. Entre 2012 et 2013, les surfaces bas-normandes en conversion diminuent de 40 % mais les surfaces certifiées bio progressent de 10 %.Le département de l’Orne, avec 18 282 ha certifiés bio et en conversion, est le 13e département français (et 1er département normand) de par ses surfaces conduites en bio.Dans la région, le troupeau de vaches laitières bio est bien présent dans la Manche, celui des vaches allaitantes dans l'Orne. La culture de légumes frais bio est principalement pratiquée dans la Manche. Les céréales et oléoprotéagineux bio sont essentiellement cultivés dans l'Orne et le verger bio est principalement implanté dans le Calvados.

Haute-Normandie : forte progression des conversions depuis 2008 (graphique 2)

En 2013, la Haute-Normandie comptait 208 exploitations en agriculture biologique (+ 1,5 % par rapport à 2012) pour 7 569 hectares certifiés bio et en conversion (stable par rapport à 2012), ce qui représente 1 % de la SAU régionale. Entre 2012 et 2013, les surfaces haut-normandes en conversion diminuent de 39 % mais les surfaces certifiées bio progressent de 12 %.Dans cette région, on observe une forte augmentation des conversions depuis 2008. Le maraîchage biologique est surtout pratiqué en Seine-Maritime. Les grandes cultures bio (céréales, oléagineux, protéagineux) sont concentrées dans l'Eure.

Ambition bio 2017 : un nouvel élan pour le développement de la bio en France

Afin de donner un nouvel élan au développement de l’agriculture biologique en France, le Ministère de l’Agriculture, en concertation avec les acteurs concernés, a lancé, à l’automne 2012, le programme national “Ambition bio 2017”, s’inscrivant dans le cadre du projet agro-écologique “Produisons autrement”.Un premier objectif a été fixé dans la feuille de route gouvernementale pour la transition écologique : doubler, d’ici fin 2017, le pourcentage de surface agricole en agriculture biologique par rapport à 2012, associé à un développement continu et durable de la consommation. Après une phase de concertation régionale (novembre 2012 - mars 2013) et plusieurs réunions du comité de pilotage national -associant les représentants professionnels de la bio, la profession agricole, les régions et l’administration- un programme d’actions articulé autour de 6 axes a été proposé :

- Axe 1 : développer la production.

- Axe 2 : structurer les filières.

- Axe 3 : développer la consommation et conquérir les marchés.

- Axe 4 : renforcer la recherche, son pilotage et la diffusion des résultats.

- Axe 5 : former les acteurs agricoles et agroalimentaires.

- Axe 6 : adapter la réglementation.

Dans le cadre de ce programme, concernant l’accompagnement du développement de la production (Axe 1), le Ministère de l’Agriculture en a confié le pilotage technique aux Chambres régionales d’agriculture, pilotage qu’elles vont assurer avec les groupements régionaux bio. Plus d’information sur : http://agriculture.gouv.fr/ Programme-Ambition-bio-2017,22587

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité