Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Elevage
La protection électrique du bloc traite

Les phénomènes électriques et magnétiques sont des composants indissociables du milieu dans lequel nous vivons.

Certains phénomènes sont naturels tels les courants telluriques circulant dans le sol, le champ magnétique terrestre, le champ électrique atmosphérique avec sa manifestation la plus spectaculaire pendant les orages : la foudre. D'autres ont pour origine la domestication et l'utilisation de l'électricité notamment en élevage. L'installation électrique dans un bloc traite conditionne non seulement le bon fonctionnement des éléments de la machine à traire, mais joue aussi un rôle très important dans la sécurité des hommes et des animaux.Différents phénomènes électriques sont à l'origine des courants parasites dans les stabulations ou à l'extérieur. Ils peuvent provoquer l'apparition accidentelle du courant dans le corps de l'animal. Ces incidents surviennent notamment lorsqu'il y a un dysfonctionnement des dispositifs de prévention (en cas de défaut de masse d'un appareil électrique) ou un défaut dans la mise en œuvre de dispositions simples (prise de terre). A l'opposé de ces cas extrêmes, les courants parasites peuvent aussi être provoqués par des niveaux de tension souvent imperceptibles par l'homme mais ressentis par les animaux dont le museau et les pattes, en général humides, sont très conducteurs.

Les multiples origines des courants parasites dits “vagabonds”

- Le couplage capacitif : les champs électriques sont susceptibles de créer des tensions parasites dans les structures métalliques non mises à la terre, par exemple un abreuvoir isolé du sol sous une ligne électrique à haute tension. Un câble à l'intérieur d'un bâtiment pourra avoir le même effet. Sur des barres au garrot (non reliées à la terre) par exemple.

- L'induction magnétique : les champs magnétiques, créés par les lignes électriques notamment, génèrent des courants électriques dans toute structure métallique proche formant une boucle fermée. Si l'animal assure la fermeture de la boucle, il est traversé par le courant. Ce courant peut-être mesuré à l'aide d'une pince ampérométrique sur les tubulures d'une salle de traite mais, selon RTE(1), il n'a pas d'incidences sur les vaches laitières  qui agissent comme une résistance au contact et annulent l'effet de ce courant mesurable mais très faible.

- Le couplage par rayonnement : les champs électromagnétiques à hautes fréquences provenant par exemple des infrastructures de télécommunications peuvent induire des courants ou des tensions parasites capables de perturber les appareils électroniques.

- Le couplage électrochimique : une circulation de courant continu peut se produire entre deux pièces métalliques (poteaux….) en contact avec un milieu humide riche en ions (apportés par les engrais, le lisier…..) se comportant comme l'électrolyte d'une batterie.

- Les décharges électrostatiques : il s'agit de l'évacuation instantanée (effet “châtaigne”) vers la terre d'une charge d'électricité accumulée sur des matériaux isolants soumis à des frottements.

- Les courants de fuite : les installations ou appareils électriques mal isolés (machine à traire, clôtures électriques…..) peuvent créer des courants vagabonds dans le sol ou les structures conductrices.

Les courants parasites se manifestent de deux manières

- Courant lié à la tension de contact : il s'agit de la tension pouvant survenir entre le corps de l'animal et un élément métallique (abreuvoir ou clôture par exemple). Un courant traverse alors l'animal et revient au sol par les pattes (dessin).

- Courant lié à la tension de pas : il s'agit de la tension pouvant survenir entre les pattes avant et arrière de l'animal. Un courant s'établit entre les pattes soumises à cette tension.

Le courant électrique et la vache laitière

Les animaux en élevage ont une sensibilité aigue  au passage du courant  électrique par opposition à l'homme mieux protégé (moins de contact au sol, pieds au sec dans des bottes…..). Des études ont évalué la résistance moyenne d'une vache au passage du courant à environ 500 ohms (tableau 1) contre plus de 1 000 ohms pour les humains.  Les troubles observés sur les animaux sont directement dépendants de l'intensité du courant (tableau 2) qui les traverse.A partir du seuil de 1 milliampère (0,5 Volt de tension seuil), il y a perception avec éventuellement un stress.

(1) : RTE : réseau de transport d'électricité (filiale EDF)

Symptômes de stress observables

- Nervosité.

- Hésitation, refus d'entrer en salle de traite ou fuite en sortie.

- Période de traite allongée.

- Réduction de l'abreuvement.

- Nombre de cellules somatiques élevé dans le lait.

- Mammites chroniques.


Renseignements

- Chambre d’agriculture de la Manche

Jean-François Gaule 06 08 46 37 25.

- Chambre d’agriculture du Calvados

Agnès Lebehot 02 31 70 25 26.

- Littoral Normand Conseil Elevage

Gilles Heuline 06 73 00 56 17.

- Orne Conseil Elevage

Yoann Durand 02 14 22 01 00.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité