Aller au contenu principal

Maîtres Laitiers du Cotentin
La prudence en ligne de mire

Satisfecit teinté de prudence pour Christophe Levavasseur et Jean-François Fortin, président et directeur des Maîtres Laitiers du Cotentin. Satisfecit dû à une meilleure conjoncture pour les producteurs sur la campagne 2010/2011 par rapport à 2009, mais aux MLC, on invite à la prudence sur les investissements de cette année et l'après 2015. A l'occasion de l'assemblée générale se déroulant mardi, les deux dirigeants ont souligné« nous avons joué à fond notre rôle de coopérative en soutenant nos adhérents lors de la crise, notamment en amortissant la baisse de prix à hauteur de 40% ». Pour la dernière campagne, le complément de prix se situe 24,44 euros/1000 l conduisant à un prix final moyen de 362,64 euros. Soit une moyenne de + 20 euros aux 1000 litres par rapport aux autres entreprises normandes et bretonnes.

Christophe Levavasseur (au centre), Jean-François Fortin, président et directeur des MLC, accompagné de Jacques Prudent en charge de la filiale « France-Frais ».
Christophe Levavasseur (au centre), Jean-François Fortin, président et directeur des MLC, accompagné de Jacques Prudent en charge de la filiale « France-Frais ».
© ec
Sur 2011/2012, Christophe Levavasseur ne le cache pas, « la gestion de la coopérative devrait être plus difficile. Nous avons effectué des investissements importants ces dernières années. Le conseil d’administration étudie deux pistes de développement : le séchage et le beurre-crème « AOC ». Jean-François Fortin évoque une certaine prudence à observer pour les producteurs. « Je voudrais surtout que nos adhérents apprécient les vertus de notre coopérative. Nous payons en moyenne 20 euros de plus aux 1000 litres par rapport aux autres entreprises de Normandie et de Bretagne. En seulement deux ans, les MLC ont versé entre 15 et 17 millions d’euros de compléments de prix. Reste que le prix élevé du lait aujourd’hui risque de ne plus être le même dans quelques années. Il serait donc logique que les exploitants provisionnent pour les années à venir ». Même écho de la part de C. Levavasseur, « en 2015, l’Europe ne pourra absorber plus de lait qu’en 2011. Il faudra trouver des débouchés pour les excédents sur des pays émergents ». MLC a cependant un sacré atout dans sa manche, sa filiale de distribution France Frais. Celle-ci fait passe encore le milliard en chiffre d’affaires, mais, conjoncture une fois de plus oblige, avec moins de résultat net.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité