Aller au contenu principal

Normande
La qualité 100 % normande

En octobre dernier, Aveyronert a remporté le concours viande de la race normande, lors de ferme en fête. L’animal sera bientôt valorisé grâce à la filière « la Normande à la table des chefs ».

« Nous sommes sur une niche. « La normande à la table des chefs est une micro filière sur la Normandie. Elle me semble complémentaire de la Filière Qualité Race Normande qui travaille avec Carrefour », explique Thierry Colette.
« Nous sommes sur une niche. « La normande à la table des chefs est une micro filière sur la Normandie. Elle me semble complémentaire de la Filière Qualité Race Normande qui travaille avec Carrefour », explique Thierry Colette.
© V.M.

« J’ai croisé peu d’animaux normand de cette qualité. Peut-être deux ou trois pendant ma carrière. En race normande, c’est une bête extrêmement rare », explique Gérard Mabille, boucher depuis 40 ans. Et pour son fils âgé de 27 ans, il s’agit d’une première. Aveyronert, classé U=, les a séduit. Ce bœuf normand appartient à Thierry Colette, installé à Saint-Léger-sur-Sarthe. « Cet animal a été élevé à Alençon, puis primé à Alençon. Il me semble normal d’en faire profiter le consommateur d’Alençon. A notre manière, nous faisons notre grenelle et notre commerce équitable », explique l’éleveur.  Le bœuf intègre en effet la filière « la normande à la table des chefs ». Pour l’alimenter, 300 normands sont abattus par an. « C’est une filière courte : éleveur, transformateur et restaurant gastronomique. Elle fournit une quarantaine de chefs. Personnellement, j’achète des animaux dans un rayon de 50 kilomètres », souligne Gérard Mabille. Néanmoins, ce bœuf normand sera vendu dans sa boucherie. « Car les restaurateurs veulent la qualité, mais n’y mettent pas toujours le tarif. Ils doivent respecter une prix à l’assiette ».

Viande vendue en décembre
L’abattage était programmé mardi dernier. Gérard Mabille proposera donc de la viande normande à ses clients à partir du 12 décembre. « Nous avons la chance de disposer d’une race identifiée à une région. Ce critère facilite la commercialisation ». Les 500 kg de la carcasse se sont négociés à 4 euros le kilo, soit 30 centimes de plus que la grille normal. Cette réussite donne des idées et des envies à Thierry Colette. L’élever souhaite poursuivre son investissement dans la génétique. Son objectif : développer un troupeau de bêtes de formes à côté de son cheptel laitier. « Grâce à ce bœuf, je dispose d’un bon patrimoine génétique avec une hypertrophie de la masse musculaire. J’ai congelé de la semence. Je vais produire des fils et filles d’Aveyronnert pendant les 5 à 10 prochaine années ». Même si Thierry Colette n’a pas les yeux plus gros que le ventre, il se taillera plus qu’une bavette dans la boutique de Gérard Mabille, 10 rue Lazare Carnot à Alençon. Histoire de goûter au succès d’Aveyronnert et de disposer d’un avant goût de son futur troupeau !

L’exploitation

Deux associés.
Production laitière : 55 VL, 100 % herbe (foin séché en grange).
Atelier de transformation et vente directe : lait, yaourt, fromage blanc, crème dessert.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité