Aller au contenu principal

La question de l’eau s’écoule des communes au Département

Valérie Desquesne, 47 ans, est maire de Condé-en-Normandie (14), vice-présidente de l’intercommunalité De La Vire au Noireau, conseillère départementale. Et, depuis novembre, présidente d’Ingé eau : l’agence technique conseille les collectivités qui ont récupéré la gestion de l’eau avec la loi Notre. L’élue devrait se présenter aux élections municipales, en mars.

© JP

>> Quel est votre parcours électoral ?
Je suis arrivée à Condé-sur-Noireau - à l’époque - en 1998 et je me suis vite investie dans des associations, dont celle de hand-ball. Aux élections municipales de 2001, la parité était obligatoire pour les communes de plus de 5 000 habitants. On m’a proposé d’entrer au conseil et j’ai été élue. En 2015, les élections au Conseil départemental suivaient un nouveau schéma de binôme homme femme et nous y sommes rentrés avec Michel Roca. J’en suis la première secrétaire. En 2016, j’ai été élue adjointe au maire. En 2017, nous avons créé la commune nouvelle Condé-en-Normandie mais la loi de non cumul des mandats a contraint le sénateur-maire Pascal Allizard à quitter la mairie. Nous avons monté une liste et j’ai été choisie maire.  J’ai bénéficié des grands bouleversements politiques (rires).

>> Parmi ces « grands bouleversements » justement, la loi Notre. Dont découle la Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (Gemapi) qui incombe désormais aux intercoms. Quelles sont les missions ?
La compétence de l’eau est rendue aux collectivités depuis le 1er janvier. La question de la protection l’eau n’est plus un problème communal et se traite de manière globale. À Condé par exemple, nous avons travaillé avec les départements de l’Orne et du Calvados pour gérer l’Orne. Il y a quelques années, nous avions souvent les pieds dans l’eau, des travaux ont été réalisés depuis. J’ai fait partie du Sage (1) Orne Mayenne, en début de mandat.
Nos missions : garantir la fourniture et la production de l’eau, en travaillant avec les agriculteurs sans pénaliser leur outil de travail ; distribuer de l’eau ; prévenir les risques et gérer les inondations.
A la suite de la démolition du barrage de Pontécoulant pour permettre à la Druance de revenir sur son lit naturel, en 2018, des champs ont été inondés. Nous avons réalisé un travail avec les agriculteurs
locaux pour échanger des parcelles le long de la rivière. Je suis vigilante à ce que des clôtures soient installées le long des cours d’eau,
pour éviter le piétinement des sabots et l’arrivée des déjections dans l’eau.

>> Depuis novembre, vous êtes présidente d’Ingé eau. Quelle est le rôle de la structure ?
Il s’agit d’une structure de conseil aux collectivités, qui couvre tout le territoire, sauf Lisieux. Caen la Mer vient de signer une convention avec nous. La compétence de l’eau est rendue aux collectivités mais elles n’ont pas toutes un service ingénierie à disposition. Certaines font appel à un syndicat, d’autres à une régie. Nous essayons d’harmoniser les pratiques tout en gardant une vision par bassin versant. Nous sommes à l’affût des nouvelles lois qui sortent et avertissons les collectivités.

>> Quid de la préemption des aires de captages par les collectivités ?
L’eau est précieuse. Elle est l’avenir de tous, y compris des agriculteurs. Je suis pour donner le pouvoir aux communes de préempter mais à condition que cela se fasse en concertation entre les collectivités, les exploitants et la Chambre d’agriculture. Ingé eau se place en médiateur pour regarder les options, les échanges de terre ou les changements de pratiques envisageables. La terre et l’eau sont des sujets délicats. Une autre question d’actualité se pose avec les élaborations de plans locaux d’urbanisme : comment gérer le monde agricole sans le grignoter ?


(1) Sage : Schéma d’aménagement
et de la gestion des eaux

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité