Aller au contenu principal

Moisson
La réactivité du Cercle d’échanges de l’Eure

La récolte 2008 ne fut pas simple à négocier. Et pourtant...

Plus de 7 300 ha de moisson ont été réalisés par le Cercle d’échanges avec les entrepreneurs et les agriculteurs de l’Eure ainsi qu’avec l’appui de 33 moissonneuses venues hors département.
Plus de 7 300 ha de moisson ont été réalisés par le Cercle d’échanges avec les entrepreneurs et les agriculteurs de l’Eure ainsi qu’avec l’appui de 33 moissonneuses venues hors département.
© DR

Le Cercle d’échanges de l’Eure, une assurance pour toute récolte ?  En tout cas, cela y ressemble fort au regard des interventions express effectuées avec succès pour la moisson à la demande d’agriculteurs dépités par des conditions météo calamiteuses capables de compromettre leurs récoltes... “Nous avons pleinement rempli notre rôle, explique le président du Cercle André Terrier.  Nos services ont fait preuve de réactivité et d’efficacité face aux demandes. Aujourd’hui, l’ organisation de chantiers est parfaitement rôdée et  les agriculteurs apprécient !”     Très concrètement, plus de 7 300 ha de moisson ont été réalisés par le Cercle d’échanges avec les entrepreneurs et les agriculteurs de l’Eure ainsi qu’avec l’appui de 33 moissonneuses venues hors département. “Et nous avons du faire face à la demande de quelques agriculteurs de Seine Maritime qui s’inquiétaient du devenir de leur moisson. Avec Sébastien Winsor, notamment, notre équipe a organisé un chantier pour faire face à ces demandes tardives mais obligées, eu égard aux conditions météo. Douze moissonneuses ont passé la Seine et ont réalisé, en moins d’une journée, 330 hectares !” Un chantier rondement mené et qui a permis de récolter, ce que certains n’espéraient plus vraiment... “Je ne vous cache pas que le courrier que nous avons reçu à la suite par l’un des agriculteurs de Seine Maritime pour nous remercier du travail accompli nous a fait chaud au coeur. Au-delà de ces remerciements, c’est surtout la reconnaissance d’un travail bien réalisé, et ce, dans des conditions pas toujours évidentes.Mais l’équipe du Cercle a su relever ce défi comme elle le fait maintemant depuis des années.” 

 

Des adhésions en hausse

Comme au premier jour de son lancement, la dynamique du Cercle d’échanges de l’Eure est intacte. Mieux, son nombre d’adhésions progresse significativement puisqu’il atteint aujourd’hui les 520 au lieu de 506 l’an passé. “C’était l’objectif que nous nous étions fixés. C’est d’autant plus encourageant que nous avons aussi su conforter l’ensemble de nos activités. La dernière en date concerne la vérification périodique des installations électriques. Et là, après les premiers mois de lancement, cette activité prend son essor et nous avons de belles perspectives sur le sujet. Mais nous aurons sûrement l’occasion d’en reparler” conclut André Terrier.

 

 

Retrouvez d'autres photos

dans notre édition papier 

de l'Eure agricole du 18/09/08

page 6

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité